Dans un monde déchiré par les guerres, les laryskaniens tentent de sortir leur royaume des ténèbres qui le hante. Rejoignez-les mais dans quel camp serez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Eöwyn Kan, la dernière des filles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

0 - Inconnu

Messages : 29
Points : 33
Date d'inscription : 07/02/2016
Âge : 15 ans

MessageSujet: Eöwyn Kan, la dernière des filles. Dim 7 Fév - 0:44



Eöwyn Kan
« Je peux vous libérez de vos péchés. Tendez moi votre main et je serai vous aidez. »

NOM
Kan
PRÉNOM
Eöwyn
SURNOM

Mangeuse de Péchés


SEXE
Féminin
RACE
Ange Noir
AGE
15 ans




ORDRE
Guerrier Noir par principe familiale
RÔLE
Dernière princesse des Anges Noirs




DIVINITÉS
Toutes
DATE DE NAISSANCE
90ème jour de Sahmyra



Armes

• Poignard

Pouvoirs

• Ténèbres
• Péché
Sa capacité est puissante et dangereuse pour elle-même. En effet, il lui est possible en touchant quelqu’un de savoir les pires péchés qu’elle a pu faire en forme de vision. Elle peut aussi utiliser sa capacité sur objet. Mais cette fois, se sont plus souvent des sentiments. Néanmoins, plus l'objet est important pour son propriétaire et plus elle sera capable de distingue des images. Ce pouvoir ne fonctionne que lorsque la personne n’a pas avoué.




Apparence

Une particularité lui est vouée : elle est bien la fille de son père ! Pourquoi ? Ses yeux. D'habitude tirant sur le vert pâle avec du jaune, ils changent de couleur lorsqu'elle utilise son pouvoir des Ténèbres. Alors, du regard doux et enfantin, passe une enfant aux yeux d'un rouge sanguin et meurtrier. Mise à part ce détail, la petite princesse à des cheveux aussi brun, même si certaines fois elle croirait les voir châtains foncés. On raconte qu'elle a la grâce de sa mère et son sourire. Rien en elle à part ses yeux ne pourrait vraiment la comparer à son père. Enfin, peut-être son visage... Mais elle n'y mettrait pas sa main au feu pour tenter de le jurer. Eöwyn est sans aucun doute jeune et petite pour son âge mais elle n'en reste pas moins grande dans sa tête et ses faits.

Étant une princesse qui plus est, les bonnes manières voudraient qu'elle soit constamment habillée des plus belles robes et de toutes les panoplies des atouts mais elle ne porte des belles robes que lorsqu'il y a un dîner de famille ou une occasion spéciale. La chose étant assez rare, elle est simplement vêtu d'une robe passe partout et neutre dans ses couleurs.

Psychologie

Une jeune et sanguinaire enfant ? Vous vous trompez lourdement sur elle. Bien que sa famille et par-dessus tous les actions de son père ont ternit l'image de la famille Kan, Eöwyn essaye avec ses maigres pouvoirs de montrer que toutes cette génération n'est pas prise par le mal. C'est une tâche ardue mais elle croit plus que tout en ses capacités. On pourrait la croire trop mielleuse et niaise mais après la perte de son enfance, elle apprit à garder tout de même une partie de son innocence, bien que cette dernière fut souvent entacher par les parole des gens autour d'elle sur son père, elle veut encore croire en quelque chose.
Elle essaye de garder le sourire malgré les obstacles. Son pouvoir de Péché étant tout nouveau pour elle, elle ne sait toujours pas comme le doser suffisamment et éviter les retombés sur son moral et son physique. Il se peut qu’elle tombe malade quand elle garde pour elle ce qu’elle a vu ou ressentit. Renfermée, la jeune princesse ne touche, à présent, presque plus personnes de peur de faire submerger par les secrets.

Eöwyn ne fait jamais de caprices comme la plupart des enfants, elle reste sage, humble et surtout, elle ne sort jamais du château. Ce qui la frustre assez. Du haut de son Pic à travers la fenêtre, elle imagine et espère encore...




Histoire



Avant la guerre…




Tout aurait pu être pire pour cette âme venue au monde. Sa vie aurait peut-être été misérable dans les bas quartiers d'une ville engendrant des voleurs et des assassins. Elle aurait pu mourir dans une ruelle avec sa catin de mère, se faire marier tôt ou être esclave de personne sans état d'âme ! Tout aurait pu se passer ce jour-là…  

Eöwyn Kan, fille du très célèbre Elador Kan, Roi des Anges Noirs aux mœurs non conventionnelles d'après certains et fille de Lizzie Kan. Avant dernière de cette partie de la famille, Eöwyn profita de sa vie de jeune fille auprès de sa mère et de ses sœurs. Son père, loin d'être un homme à montrer ses sentiments même pour ses enfants, elle grandit sans entendre un mot d'amour de sa part. Plus jeune, comme tout jeune enfant, elle le vécut assez mal. Néanmoins, sa mère et ses sœurs étaient là pour combler ce manque croissant de marques d'affections. Pourtant, en grandissant, elle comprit une chose simple, même si son père ne lui disait rien, il était toujours là pour que la petite princesse est tout ce qu'elle est besoin. Ce n'était pas flagrant, mais du haut de ses sept ans, elle avait su à ce moment précis qu'il aimait ses enfants.

Que pouvons-nous dire sur cette jeune enfant que la vie n'épargne pas ? Sa vie bascula le jour de la mort de sa mère. Cette femme si belle d'après les serviteurs... Car oui, Eöwyn ne connut pas vraiment ça chère mère. Morte en donnant naissance à son petit frère Eliwyr. N'ayant qu'un an de plus que lui, elle dû se tourner vers les paroles des gens autour d'elle pour connaitre sa mère. Cela fut assez troublant pour elle. Qui ne l'aurait pas été face à ce malheur ?  Son père peut-être. Non, elle ne pouvait pas y croire. Certes il s'était remarié mais son père avait-il déjà aimé sa femme ? Si oui, pourquoi avoir pris de nouvelles femmes ? La petite se posait tellement de questions et rien ni personne ne pouvait y répondre.

Écoutant les histoires et les portraits faits de la bouche des serviteurs du château sur sa mère, Eöwyn voua une haine sans nom à son frère. Elle qui aurait tant voulu connaitre sa mère, son souhait n'aura jamais vu le jour par sa faute. Durant deux ans, elle le détesta, voulant qu'une chose sa mort pour le malheur qu'il avait fait ! Néanmoins, une chose apaisa son cœur et la fit revenir à la raison. Eliwyr était sans doute la cause mais en aucun cas, sa mère n'aurait voulu voir ça et puis...

Elle s'était faite à l'idée de grandir sans sa vraie mère rapidement mais un événement, encore un et sans doute le pire… Celui des révélations de son père. Un jour où elle n’avait le cœur à rien et que son précepteur était horrible avec elle, les mots dépassèrent sa pensée et elle se retrouva seule dans sa chambre à ruminer sa colère contre son père trop longtemps cachée. Mais si elle s’était attendue. Lui. Venir la voir ? D’abord loin de l’accepter, elle refusa de lui avouer ce qu’elle avait sur le cœur avant qu’il ne commence à parler. Là, elle s’autorisa à l’écouter pour comprendre. Il lui avoua l’amour qu’il portait à sa mère, celle qu’il avait toujours aimé malgré les nombreuses conquêtes et femmes. Il lui avoua aussi ce qu’il faisait aux autres. Par des moyens détournés, il lui fit part des horreurs. Bien que choquée. Elle savait très bien que les paroles de son père sur son envie de changer étaient vraies. Alors, en laissa de côté sa rancœur, essayant d’enterrer cette vieille colère pour l’aider à devenir meilleur. Mais vous vous demandez pourquoi il lui a demandé de l’aide ? Et bien parce qu’il l’aime et que… Elle l’autorisa à l’écouter un passage de son journal. Après cet évènement, elle essaya par ses propres moyens de réintégrer son père aux yeux des autres royautés.


Pendant la guerre…




Enfermait dans son monde au-dessus de tout, la jeune princesse devait regarder la mort frapper ses sujets ainsi que sa servante et amie. Son fiancé mourut pendant les premières années. Le résultat était affreux. Ni Eöwyn, pas même les autres serviteurs ne purent l’aider. Un jour, elle apprit l’acte de folie de cette dernière. Se briser les ailes. Dans tous les sens du terme. Ne plus vouloir espérer, ne plus vouloir vivre… Ainsi, la princesse dû se résigner à rester seule le temps qu’elle aille mieux. Les jours et les semaines passant, revenant un bon matin d’une leçon de musique, Eöwyn découvrit sa servante dans sa chambre, le dos tournait à la porte.

- Je su…
- Pardonnez-moi princesse…

Lorsqu’elle se retourna vers elle, ses yeux étaient remplit de larmes. À ce moment-là, la jeune fille hurla de l’aide. Elle savait que son amie allait faire quelque chose. Cette dernière enlaça la princesse, toucha son visage avec un sourire et fit demi-tour. Pas vers le couloir. Non. Vers son balcon. Arrivé au bord, elle l’enjamba. Ses yeux azurs passèrent sur Eöwyn et… Les jambes de l’enfant qu’elle était se rompirent sous son poids. La voix cassées, elle pointa du doigt le lieu de la chute quand les gardes furent entrés. Se précipitant au balcon, ils firent le corps de la femme chuté. Sans aile, la mort était certaine. Traumatisée, elle ne put rien manger pendant deux jours ni même dormir durant plusieurs jours. Jusqu’à ce que la peur soit trop forte. Prise dans une crise, elle se mit à errer dans le palais en pleurant. Ses pas la menèrent droit dans la chambre de son père. Célibataire, il ne partageait donc plus la couche d’une femme. Il ne faisait plus comme avant aussi. C’était sa promesse. Alors, elle savait qu’en allant le voir, elle ne serait pas en train de déranger. Sans frapper, elle entra donc dans la chambre. La nuit était si épaisse que la princesse ne pouvait pas voir le lit, du coup, attendant en pleurant, elle ferma les yeux quand Elador alluma une bougie. Face à sa fille, d’une expression de colère passa celle de la surprise.

- Papa…

Ne terminant pas sa phrase, Eöwyn se jeta dans les bras de son père en nichant sa tête dans son cou chaud. Il savait la raison de son malheur. Au lieu de lui demander de rejoindre sa chambre, pour la première depuis douze ans, le roi s’occupa de plus jeune princesse comme un père aimant. Il la prit dans ses bras et l’enlaça avec force avant de la glisser avec lui sous les draps. Depuis maintenant quelques nuits, elle put s’endormir sans difficulté…


Les semaines suivantes, Elador donna au service de sa fille une nouvelle servante sans famille ni fiancé. La santé de sa fille devant important pour lui, il fit en sorte qu’elle se sente bien tout comme le reste de ses enfants.

Un an passa. Loin de se douter que la vie allait encore se jouer d’elle et de sa famille, la jeune princesse alors en pleine répétition harmonique se fit interrompre par une entrée violente d’un garde. Faisant une fausse note sous le coup de la surprise, elle regarda l’homme en fronçant les sourcils. Pourtant, en tombant sur son expression, elle se redressa et la nouvelle tomba. Le château se faisait attaquer… Eöwyn bouscula le garde et sortit telle une furie de la salle pour rejoindre celle de son frère Eliwyr. À en croire sa tête, il avait aussi appris la nouvelle. Il fallait absolument trouver Lyla et Elanor. Sans plus d’attente, la princesse chercha ses grandes sœurs dans tout le palais. Sans résultat, son cœur se serra encore davantag. La jeune fille priait les Dieux. Au détour d’un couloir, elle tomba sur un groupe de servantes qui regardaient dehors. Approchant à son tour, la scène qui se dévoila lui glaça le sang. En bas, ses sœurs au milieu de la cours protégées par des gardes débordaient de tous les côtés par des mercenaires. Voyant la situation devenir plus grave, Eöwyn explosa la fenêtre et l’enjamba. Les servantes se mirent à hurler face à ce geste mais la princesse fit naitre ses ailes au bon moment, l’empêchant de se tuer. Pendant qu’elle arrivait, le geste d’un mercenaire levant sa lame contre ses sœurs se grava dans sa mémoire. Un cri de douleur et la chute de l’une d’elle empêcha la plus jeune de s’arrêter. Fauchant l’homme, elle s’écrasa avec lui un peu plus loin. L’homme grogna, pestiférant et dégageant Eöwyn sans ménagement. Remarquant de qui il s’agissait, l’homme eut un horrible sourire qui donna un frisson d’horreur à la princesse. Elle savait à ce moment précis. Lui ou elle. Sans attendre, ses yeux devinrent rouges et sa main se serra. Prenant une épée près d’elle, la lame s’enfonça dans l’abdomen de l’homme gargouillant. Il tomba à la renverse, lâchant l’arme à ce moment-là, elle resta figée dans son corps. Après ça, elle aurait pu rester debout, les mains en sang mais la situation des gardes et ses sœurs l’empêcha de rester inactive. Se retournant face à la scène de guerre, Eöwyn se fraya  un chemin jusqu’à elle et étouffa un cri de surprise face au sang. En larme pour l’une et pour l’autre se battant contre l’envie de dormir, la plus jeune des trois ouvrit ses ailes et se posta devant ses sœurs pour les protéger. Utilisant son seul pouvoir, elle tua quelques hommes sans état d’âme. Avant de tomber de fatigue. Elle était princesse. Là pour donner un descendant à la famille pas pour se battre… Son corps même n’était pas entraîné et pourtant, elle put tenir suffisamment. Mais en se retournant, Lyla serrait sa sœur jumelle dans ses bras. Posant les yeux sur celle endormie, la jeune fille compris  que le pire venait d’arriver. Son regard pourtant dû se lever de nouveau. Altair arrivait avec sa nourrice accompagné de près par Eliwyr et Karlya. Le plus jeune de la famille essaya de s’approcher mais prenant de l’avance, la princesse le prit dans ses bras pour le ramener à Karlya. Elle n’eut même pas la peine d’expliquer. Le corps étendue, le dos courbé de Lyla et ses pleures incontrôlés expliqués la situation.

Les jours passèrent… Lentement. L’âme du palais avait noirci par les morts mais surtout par la perte de la princesse Elanor. Le roi était revenu la veille d’une bataille juste après la nouvelle du décès de sa fille. Il ne passa pas énormément de temps avec le reste de ses enfants, préférant rester près de Lyla. Néanmoins il passa juste assez de temps avec sa dernière fille pour la félicité de son courage et la remercier d’avoir essayé d’aider ses sœurs. Pourtant, le cœur de la plus jeune restait terne. Elle aurait tant aimé sauver sa sœur… Affichant pourtant un grand sourire pour cacher son mal, Eö dut se ronger les sangs jusqu’à ce fameux jour.

La crypte des Kan. Le cœur lourd, Eöwyn marcha en silence dans le cortège que formait sa famille. Son père et Lyla en tête. Pour cette occasion, Elanor avait revêtu sa plus belle robe. Celle qui m’était son teint et ses cheveux en valeur. Elle le sait car elle avait voulu aider à habillait défunte. Pour son ultime voyage. Amèrement, elle s’arrête, la tête basse ne voulant pas graver dans sa mémoire ce jour affreux ou sa famille devait se séparer d’un jeune être. Son père embrassa une dernière fois sa fille sur le front avant d’accorder un moment au reste de ses frères et sœurs. La plus jeune des princesses fut l’avant dernière à dire adieu.

- Je t’aime grand sœur… Merci. Merci pour tout. Je te demande pardon, je n’ai pas pu t’aider plus tôt mais… Je te fais la promesse de veiller sur Lyla. Sur ma vie, je te fais le serment de l’aider. Repose en paix Elanor.

Ses lèvres se posèrent sur son front froid. Une dernière caresse et Eöwyn céda la place à la jumelle. En passant près de cette dernière, sa main effleura la sienne en signe de soutien. Les minutes passant, Lyla ne voulant pas quitter sa sœur dû être prise de force et retirer. Leur père tenait fermement la jumelle dans ses bras, bloquant ses poignets. Face à cette scène, Eöwyn retenu une envie de vomir fulgurante. Ses larmes étant trop fortes, se fut son précepteur qui l’interpella pour lui montrer sa harpe près de lui. Son cœur fit un bond dans sa poitrine. Karlya passa une main réconfortante sur son épaule pendant qu’Eliwyr lui prit la main pour la mener à son instrument. Il prit ensuite la parole pour informer l’assemblé que sa grande sœur avait une chanson à dédier à sa sœur. Le regard de Lyla sur sa personne la crispa quelque peu. Elle avait peur. Peur de rater… Pourtant après avoir fixé son père, la jeune fille trouva juste assez de courage pour commencer…

Ses mains d'abord hésitantes sur les cordes firent quelques mauvaises notes avant qu'elle ne se décide à fermer les yeux et de laisser aller son cœur et ses émotions...

« Au fond de ma mémoire, dans ces lointains souvenirs
Je me souviens...
Le futur brillait, éclairait dans la nuit,
Sous un ciel bleu azur, dépourvu de nuages blancs,
Nous étions justes,
Juste un peu méfiants, un peu peureux sûrement,

La baie change, soudain, s'illumine,
Nuances mélancoliques,

Si je continue devant moi,
Puis-je à nouveau tomber sur toi ?
Il ne s'arrête...
Le futur poursuit sa course vers l'infini,
Les bras sur les genoux, sur le côté, j'attends,
Mes yeux se tournent,
Sur le temps qui passe, et change au gré du vent,

En ce lieu où nous voir ne pourrait arriver,
Lentement, j'ouvre un battant.»

Lorsqu’elle termina, le silence régnant en maître dans la crypte la força à se remettre à pleurer. La princesse se leva et quitta la salle sans demander la permission. Courant comme une damnée, ses pas la menèrent dans sa chambre où elle s’enferma durant le reste de la journée et de la nuit…


Les semaines passèrent et la vie reprit difficilement son cours. Eliwyr se mit de plus en plus dans son futur rôle de roi. Plus personne ne le voyait. Lyla s’était renfermée sur elle-même oubliant les autres. Karlya resta le plus clair de son temps avec son mari et Altair ne comprenait rien à la situation. Autant dire qu’Eöwyn ne savait plus vers qui se retourner. C’est pendant ces semaines de solitude qu’elle apprit l’existence de son nouveau pouvoir. Voulant toucher une brosse à cheveux de sa servante, elle eut une vision et une douleur sans nom dans le ventre. Sa respiration se coupa et elle fur submerger par de la colère et de l’envie. Posant ses yeux sur sa servante, elle comprit alors que ces sentiments étaient contre elle. Sans plus d’explication, la princesse demanda à son père de changer en lui expliquant ce qui venait de se produire. Sa réaction la surprit. Elador avait souri sincèrement avant de se penser vers elle et l’embrasser dans les cheveux. L’envieuse resta à son service et Eöwyn dû se battre à chaque fois qu’elle touchait un objet possédé par ses sentiments. Devenant insoutenable, elle alla voir Lyla lors d’une de ses répétitions au violon. Sans attendre quelque chose, elle toucha sa grande sœur et comme pour sa servante, elle fut prise par les sentiments. Dans sa tentative de sortir de cette vision, elle chuta lourdement à terre.

Lyla cachait un secret à sa famille. Quand est-ce qu’elle allait l’avouer ? Demain ? Dans deux ans ? La réponse fut plus rapide qu’elle ne l’avait voulu. Lors d’un repas de famille, Lyla avoua parler à Elanor. Comme si elle n’était pas morte. Tout le monde la regarda avec surprise. La plus jeune se contenta de fixer son assiette en silence. Elle savait la vérité. Mais préférait la taire. Pour une raison qui lui échappé.


Après la guerre…




Maintenant, Eöwyn vient d’arriver sur ses quinze ans et Lyla est pire qu’avant. Elle pense toujours parler à sa sœur. Eliwyr est encore moins présent depuis qu’il a traité sa grande sœur de folle. En ce qui concerne la petite princesse, elle ne sait plus où se mettre et garde depuis trois ans le silence sur son pouvoir, la cause de sa santé fragile. Toujours interdit de séjourner dans le monde d’en bas, les enfants de la famille royale restent enfermés dans leur prison dorée à attendre. Pourtant, la jeune fille ne se gêne pas pour aller rendre visite de temps en temps à Wisgoth. Celui qui l’avait sauvé bien avant la guerre d’un danger qui lui était inconnu. Elle se souvient encore de leur première rencontre. Il était tellement imposant. Pas par sa taille ni sa carrure mais par ce qui dégageait de lui. Une forme de puissance mais avec une petite chose en plus. En vivant un peu avec lui au château des Humains, elle comprit rapidement cette « chose ». L’amour. L’ancienne amante de son père était allée voir ailleurs. Dans les bras encore d’un souverain. Jeune mais nait de la dernière pluie, Eöwyn fit de rapides conclusions à son sujet. Le pouvoir. Cela l’intéressait plus que tout. Pourtant, la jeune fille ne voyait pas cela d’un bon œil. Certaines fois, elle croyait que Kim se fichait pas mal de son amant humain. Elle aurait pu s’en ficher ! Mais elle développa un lien fort le roi. Elle le prenait pour son second père…

Maintenant, Eö est de retour au château. Ses frères et sœurs se portent bien. Lyla est toujours aussi enfermée sur elle-même, elle croit toujours parler à sa sœur et sa petite sœur se tait toujours sur la vérité. Il arrive aussi que la dernière fille parte rejoindre Malghar après l’autorisation de son père. Les cas sont rares mais ça arrive. En ce qui concerne son pouvoir inconnu. Elle a fait de nombreuses recherches pour ne tomber que sur des approximations. Personne de son entourage proche ne le possède et elle ne risque pas de dire sur tous les toits qu’elle peut voir les péchés. Elle sait donc appelé ainsi, « la mangeuse de péchés. ». Les résultats sur son corps et son mental sont de plus en plus visible…







_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Admin

Messages : 238
Points : 425
Date d'inscription : 23/06/2015

MessageSujet: Re: Eöwyn Kan, la dernière des filles. Ven 12 Fév - 18:51

Bienvenue par ici toi ! :3

Tout est bon donc je te valide ! Wink

Bons rps sur Laryskanir...
Revenir en haut Aller en bas

Eöwyn Kan, la dernière des filles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» les filles et le hobby...
» Des actions pour le maintien des filles à l'école
» Oh les filles, oh les filles... [PV]
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La Dernière Maison Simple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laryskanir :: Le Registre :: Les Héros du Continent :: Les Héros d'Aujourd'hui-