Dans un monde déchiré par les guerres, les laryskaniens tentent de sortir leur royaume des ténèbres qui le hante. Rejoignez-les mais dans quel camp serez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Sam 15 Aoû - 15:13

La journée avait été longue et éprouvante. Dans toute ma carrière de guérisseuse, j’en ai vue des blessures et la guerre n’a pas aidé à réduire leurs fréquences, mais la jambe de ce pauvre homme fait partie des pires que j’ai vue de toute ma vie. Heureusement qu’Alanya est passée par le village à ce moment, nous n’avons pas été de trop à deux pour le soigner. Si j’aurai été seule, je l’aurai sauvé tout de même, mais je n’ai pas cet orgueil dont certain guérisseur sont atteint et qu’il leur fait croire qu’ils font mieux que tout les autres. Je sais pertinemment que si Alanya n’avait pas été là, il aurait été sauvé, mais sa convalescence aurait été bien plus longue qu’elle ne le sera présentement et pour ça elle à droit à toute mon estime et à toute ma reconnaissance. J’espère bien que nous nous reverrons bientôt, mais la prochaine fois, j’espère que sera dans des circonstances plus joyeuses.

La nuit était tombée depuis longtemps lorsque je suis rentré chez mes parents, mais je n’avais pas sommeil. J’allumai quelques bougies et m’assit dans la chaise berçante afin de prendre un peu de temps pour décompresser. Dans la solitude de la petite maison, sans m’en rendre compte, des souvenirs remontèrent à ma mémoire. Cette nuit où pour la première fois, j’ai rencontré Ivan, blessé par des guerriers noir, c’est moi qui l’avait soigné, la première fois que je soignais une personne sans les conseils de ma mère…mais je chassai rapidement de telles pensées de mon esprit, pensées un brin attendrissante, mais ho combien dangereuse. Afin de m’éviter de ressasser des idées noires, j’éteignis les bougies et alla me coucher. Je n’avais pas perdu l’habitude de me lever avant le soleil et j’avais besoin de toutes les miettes de sommeil disponible pour affronter la journée à venir.

Au petit matin, alors que le soleil n’avait pas encore pointé le bout de son nez, j’allumai un feu dans l’âtre et étouffa un bâillement. Je n’ai jamais eu de grand besoin en sommeil, mais il faut dire que cette nuit avait vraiment été courte. Afin de me réveiller, je sortie afin d’aller puiser de l’eau et l’air du matin m’aida à reprendre mes esprits. Je mis mon eau à chauffer et en attendant que celle-ci bouille, je ressortie pour m’occuper des animaux. Lorsque je venais rendre visite aux miens, j’adorais m’occuper des animaux. Ils étaient peu nombreux, quelques poules, trois moutons, trois chèvres et une vache, mais ils me rappelaient le temps où j’avais moi-même ma petite basse cours et où mes enfants courrait tout près pendant que je travaillais. Si cette pensé m’assombrit un peu, elle ne me causa pas la douleur qui venait immanquablement il y a à peine quelques semaines. Lentement mais surement, j’acceptais l’idée que faire mon deuil ne voudrai pas dire les oublier, mais simplement que la vie doit continuer. Mes parents et mes frères ont besoin de moi, je ne dois pas me laisser aller. Je devais vivre pour eux et pour tout les habitants du royaume qui vivent une situation similaire à la mienne, je ne suis pas la seule à souffrir, je ne dois jamais l’oublier.

Les animaux ayant mangés, je me permis de prendre un peu de temps et adosser à la clôture de perche, je regardais le levé du soleil. Spectacle que je ne me lasserai jamais. J’adore les couleurs rouge et rose du soleil levant, c’est si apaisant. Ont dirait que c’est à se moment que la nature se réveil. J’humai les odeurs du matin tout en écoutant les oiseaux chanter et en sentant la douce caresse du vent. Oui, une belle journée s’annonçait.

La lumière de l’aube me permettait de mieux distingué autour de moi, sans toutefois me permettre de bien voir les détails. C’est pourquoi je fus intriguée par une forme qui semblait se déplacer avec difficulté tout près de la maison. J’approchai lentement et lorsque je fus certaine qu’il s’agissait bien d’un humain et que par sa posture, il me semblait blessé, je lui demandai avec douceur :

- Avez-vous besoin d’aide ? Je suis guérisseuse, je peux vous aider.


Dernière édition par Aliénor Alba le Sam 19 Sep - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Dim 16 Aoû - 1:33

Dans la forêt de Fylaris, un homme et ses acolytes chassaient quelques nobles créatures cachées au coeur du territoire des elfes. La chasse n'était jamais une activité interdite, car elle était bénéfique pour toutes les créatures vivantes de ce monde. Cette activité permettait d'éviter une surpopulation des espèces animalières, mais elle ne se limitait pas qu'à ce contrôle de la vie. Ces hommes n'étaient pas seulement des chasseurs, mais des braconniers en devenir. Leur mandat était de récupérer des quantités importantes de nourriture et de peaux en vue de la prochaine saison froide.

Les hommes s'apprêtaient à faire leur plus grand coup de leur semaine de chasse, mais Ilunos était tapis dans l'ombre d'un buisson. Il avait observé ces étrangers d'un mauvais oeil, ayant pris note de leurs habitudes. Cette surexploitation dégoûtait le jeune homme, qui n'aimait pas les dégâts occasionnés envers la forêt de Fylaris. Bien sûr, il n'était pas elfe de sang pur et pourtant il tenait cette protection de la nature à coeur. L'autre moitié de son sang lui avait permis maintes fois d'intégrer avec aisance ces boisés. Ces expériences l'avaient rapprochés un peu plus de ce milieu familier. Au moment où les braconniers étaient prêt à commencer une nouvelle journée de chasse exhaustive, Ilunos décocha une flèche dans leur direction. Son projectile ne toucha aucun des hommes, mais son second tir était bien plus précis. Pris par surprises, les hommes décidaient de fuir les lieux, ne prenant pas le risque d'être abattu par un nombre inconnu d'ennemi. Ne comptant pas laissé ce braconnage impuni, Ilunos s'était mis à la poursuite des hommes.

La poursuite prenait cours au travers les plaines d'Illnael. Hors de sa zone de confort, le jeune homme était confronté à quelques ripostes venant des braconniers. Ils connaissaient bien les risques du métier depuis le jour où ils avaient signés leur contrat. Ce n'était pas un simple elfe qui allait les terraser, alors qu'ils étaient un petit groupe d'une dizaine d'hommes. Leurs talents n'égalaient pas ceux de leur poursuivant, qui éliminait ses proies d'une flèche précise à la tête ou au coeur.
À chaque tir, Ilunos gagnait en confiance et la vengeance approchait de la fin, une mort à la fois. Jouant au chat et à la souris, le jeune homme s'accordait un moment de répit pour refaire ses forces et laisser ses cibles en faire de même. Cette tactique, il l'avait developpé après plusieurs excursions de chasse en compagnie de Zyrkhon, son père.

Au bout de plusieurs heures de chasse à l'homme, les braconniers avaient décidé de faire face à cet être motivé par la vengeance. Ils avaient perdus assez de confrères aux mains de ce chasseur d'homme. Il était temps de lui faire payer, pour le sang versé. Le contrat passerait après cette affaire maintenant personnelle. Les flèches volaient dans les deux sens, mais Ilunos usait de rapidité pour esquiver cette pluie meurtrière. Sa confiance était bien trop grande et elle le mena à une blessure, suivie d'une seconde et d'une troisième. La chance du chasseur venait de tourner. Il devenait la proie du prédateur. N'ayant aucun endroit où se cacher, le jeune homme s'éloigna rapidement alors que les braconniers tiraient toujours dans sa direction. Pour mieux les distancer, il se transforma en loup pour courir plus vite.

La journée écoulait ses dernières heures et Ilunos était fatigué de courir. Loin de ses nouveaux poursuivants, il s'arrêta finalement. Ses blessures le faisaient souffrir. Une flèche s'était logée à l'épaule droite et une autre aux côtes gauches. Ce moment de repos était loin d'être agréable et manifestement, il s'en voulait d'avoir été trop confiant. Incapable de se soigner dans l'immédiat, le jeune homme brisa les flèches afin qu'elle soit moins nuisibles pour ses prochains déplacements. Épuisé, le sommeil tarda à le cueillir. Il était seul, blessé et les hommes étaient probablement à sa recherche pour en finir. Son seul espoir reposait maintenant sur la distance entre lui et ses anciennes cibles.

Une nouvelle journée commençait. Mal en point, Ilunos profita de l'heure matinale pour se remettre en chemin. Il omettait de manger pour prendre de l'avance. En fait, il ignorait si les chasseurs étaient toujours à sa poursuite ou non. Ses blessures ne lui accordaient pas le luxe de se déplacer à la vitesse de croisière désirée. Marchant d'un pas lent, le jeune homme se tenait la côte gauche. Ses pas le menaient vers un amas d'habitation, possiblement un village à ses yeux. Le temps n'était pas à la réflexion, alors il s'aventura du côté des maisons. Avec l'heure actuelle, Ilunos espérait trouver quelques outils susceptibles de l'aider dans son traitement rapide. Il n'allait pas déranger les gens pour obtenir de l'aide, incertains de l'accueil qu'on lui offrirait.

Alors qu'il longeait une maison, la lumière du soleil semblait révéler sa présence à une jeune femme. Il avait bien entendu les paroles de celle-ci. Ilunos s'arrêta. Il n'était pas apte à fuir, encore moins à combattre. De plus, elle était guérisseuse, ce qui était un bon signe. Son regard se tourna vers cette femme. Il la détaillait de haut en bas dans un silence absolu. Elle devait être réservée, car seul son visage affichait ses traits féminins. De son point de vue, c'était une belle femme, mais il n'osait pas lui adresser la parole. Son premier geste fut d'avancer, mais ses blessures l'arrêtaient net. Il grimaça, puis il poussa un soupir. En guise de réponse à la question de son interlocutrice, Ilunos releva sa cape pour montrer ce qui restait des flèches plantées dans son corps. Son regard exprimait la douleur, bien qu'Ilunos ne voulait pas afficher cette expression de mal.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mar 18 Aoû - 15:33

Je n'étais pas certaine que cette personne accepterait de m'écouter. Bien que ce ne soit pas courant, j'ai déjà vus des gens fuir, bien qu'ils avaient un besoin urgent de soin. Leurs cas étant généralement sérieux, ils ne pouvaient jamais aller bien loin, même s'ils l'auraient souhaités. Je n'ai jamais compris ce qui pouvait les pousser à agir ainsi, est-ce que c'était dû à la peur, à l'orgueil...dure à dire. Mais aujourd'hui je ne pense pas que ça arrivera. Je le vis me détailler, il voulut avancer, mais il s'arrêta net, grimaça et soupira. Sans rien dire, il releva sa cape et je vis qu'il avait un restant de flèche planter dans une épaule et une autre dans les côtes. Bien que son visage soit stoïque, son regard exprimait toute la douleur qu'il ressentait.

J'approchai lentement de lui et doucement j'examinai ses blessures. À première vue, les plaies semblaient profonde et leur apparence laisse présager qu'il avait fait une longue route malgré ses blessures. Il avait bien fait de seulement cassé les flèches et de laisser les pointes dans la plaie, les flèches ont arrêtées le sang, mais nous ne pouvons pas les laisser éternellement là, ont n'a pas le choix, il faut les retirer. Celle de l'épaule m'inquiétait moins que celle dans les côtes. Bien que je ne pensais pas quelle ait atteint les poumons, son retrait allait demander un peu plus de précaution. Je ne pouvais pas décemment procéder au retrait de ces flèches ici devant la maison, ça demandait des installations plus adéquate. Je lui désignai le banc devant la maison et je lui dis :

- Assoyez vous ici un instant, je vais aller préparer un lit pour vous et tout ce qu'il faut pour nettoyer vos blessures.

Une fois dans la maison, je remis une bûche dans l’âtre, ouvrit les rideaux et allumai quelques chandelles. Je voulais avoir le plus de lumière possible pour travailler. Heureusement que deux de nos fenêtres donnaient sur l'est, ont y voyait désormais très bien. Je tirai le lit de l'un de mes frères devant la cheminée et le colla le long du mur. Puis, je sortie toute les potions que j'aurai besoin, soit des potions désinfectantes et des cicatrisantes. Pour les fortifiantes, j'en ferai dans le courant de la journée. J'étais désormais prête à accueillir ce jeune homme. Je me demandais d'où il venait et comment il avait été blessé.  Je ne suis pas d'un naturelle curieuse, les seules questions que je posais consistaient en des précisions sur leur état de santé. Je m'épanche pas sur ma vie privé, je tiens à avoir mon jardin secret, alors je respecte celui des autres, mais là je me demandais vraiment comment il à été blessée. Il semblait avoir fait un long trajet dans cet état, ce qui démontrait une endurance hors du commun. Je vais le lui demander, mais pas tout de suite et pas de façon directe, à moins qu'il ne me le dise de lui même.

En sortant de la maison, je regardai à nouveau mon patient et lui tendant la main pour l'aider à marcher, je lui dis aimablement :

- Je m'appelle Aliénor. Et vous ? Quel est votre nom ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mar 18 Aoû - 16:23

Ilunos avait montré ses blessures à la guérisseuse. Elle s'approchait doucement et bien malgré lui, il aurait été réticent dans une meilleure forme. Il la laissa examiner ses blessures de chasse à l'homme. Pour son grand bonheur, cette femme ne semblait pas incompétente dans le domaine des soins. Par le passé, il avait été témoin d'une débutante qui touchait les plaies pour les inspecter. La pression des doigts sur une blessure était des plus désagréables, surtout si on n'y portait pas une attention particulière. Aujourd'hui, cette bonne âme prenait soin de ne pas le blesser davantage et il en était bien soulagé.

Sans adresser un seul mot, Ilu obéissait aux instructions en allant prendre place sur le banc devant la maison. La courte marche était douloureuse, bien qu'il avait été fort jusqu'à ce village. L'adrénaline et l'instinct de survie lui avait permis d'ignorer la douleur pour fuir ses poursuivants. À présent, pas un seul fluide n'allait le préserver du mal qui le tenait en mauvais état. Il ignorait ce que la femme faisait, mais il ne doutait pas qu'elle lui apporterait de l'aide. Combien de guérisseurs avaient refusés de soigner un être vivant ? Le nombre était bien maigre. En attendant son retour, le jeune Kalaneth observait les environs. L'endroit était paisible à prime abor. Le soleil commençait à peine à se lever. Il n'avait pas souvenir d'avoir vu ce village lors de ses aventures sur les routes de Laryskanir. Ses expéditions ne l'avaient pas conduit dans tous les coins, mais les plaines étaient un territoire important pour ses nombreuses routes terrestres.

La guérisseuse revint au bout d'un moment, qui avait paru une éternité. Ilunos adressa un faible sourire à cette inconnue, alors qu'il acceptait sa main. La froideur de son silence s'était évaporée, bien par obligation pour la situation. Cette personne s'appelait alors Aliénor. Un nom curieux, mais charmant pour elle.

- « Ilunos... Je m'appelle... Ilunos... Merci » Souffla t-il.

Il la remerciait déjà et elle n'avait rien fait. Sa vie reposait entre ses mains, bien malgré lui. Peut être que le destin ne réclamait pas sa mort maintenant ? Peut être que les braconniers n'avaient pas droit à cette chance d'éliminer un esprit de vengeance de la nature ? Toutes ces questions étaient sans réponses et Ilu n'avait pas la force d'y penser. Son tempérament froid n'avait plus sa place, maintenant qu'il avait une chance de survivre quelques minutes de plus.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Jeu 20 Aoû - 15:41

Une chose à éviter par-dessus tout dans mon métier c’est de se laisser submerger par les émotions. Si ont laisse les émotions prendre le contrôle de notre jugement, ont risque de faire des erreurs impardonnable. Mais un petit quelques chose en lui faisait en sorte que je me posais des questions sur son passé. Qui était-il ? D’où venait-il ? Avait-il été blessé en protégeant sa famille ou avait-il été attaqué par des bandits de grands chemins ? Que de questions sans réponse. Enfin, redevenant moi-même, je me dis que toute ses questions ne me regardais pas et que s’il souhaitait se confier, je serai là pour l’écouter, mais qu’il était hors de question que je brusque ses confidences.

Bien que je me sois activé à préparer tout ce qu’il fallait pour soigner le jeune inconnu, je me doutais bien que dans l’état où il était, il devait trouver que j’ai prit beaucoup de temps. Je ressortie donc et lui tendant aimablement la main je l’aidai à se relever et le conduisit doucement jusqu’au lit que je lui aie préparé. Si je n’avais pas l’intention de lui demander de me parler de son passé, j’aime savoir le nom de mes patients, c’est plus facile pour prodiguer des soins. Je commençai par me présenter et je lui demandai son nom qu’il me révéla :

- Illunos…Je m’appelle Illunos…merci !

- Vous verrez Illunos, bientôt vous serez en pleine forme et ses blessures ne seront plus qu’un mauvais souvenir.

Je l’installa sur le lit que j’avais préparé et prenant une fiole sur la table tout près je lui dis :

- Buvez la totalité de son contenu, c’est une potion pour engourdir le mal, ça va être nécessaire avant que je retire les flèches.

Cette potion prenait quelques minutes à agir, ça me laissait juste le temps de faire mes derniers préparatifs.

- Ont va devoir retirer votre chemise, ça sera plus facile pour soigner vos blessures, je pourrai également m’assurer qu’il y a pas de corps étranger dans la plaie.

Je sais bien que ça met certaines personnes mal alaise, mais dans des cas comme celui qui nous préoccupe, ont n’a pas le choix. Je dois absolument avoir une vue parfaite des blessures pour les soignées adéquatement. Je lui laissai son temps pour se décider et je l’aidai a retirer sa chemise. Puis je le fis s’allonger sur le ventre et je lui dis :

- Je vais commencer par retirer la flèche de votre épaule. Après, je vais m’assurer qu’il y a pas de bout de tissu qui seraient resté dans la plaie, puis je vais appliquer une potion désinfectante et je vais terminer par une pommade cicatrisante avant de faire un bandage. Après je vais faire la même chose avec la flèche dans vos côtes.

Tout en parlant, j’appuyai une main sur l’épaule valide pour l’empêcher d’avoir un sursaut qui pourrait aggraver sont cas et de l’autre je tiens ce qui restait de la flèche.

- Êtes-vous prêt ? À trois je vais la retirer. Un…deux…trois…
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Jeu 20 Aoû - 19:01

Plongé dans le silence, Ilunos se surprenait à découvrir le partage de ce moment sans mot avec Aliénor. Il avait déjà connu un guérisseur très bavard, qui cherchait à connaître ses patients comme le fond de sa poche. Évidemment, cet homme n'avait pas fait une longue carrière, connaissant un sort tragique au bout du compte. Cette femme était bien loin de ressembler à ce guérisseur de mauvaise foi.

« Vous verrez Illunos, bientôt vous serez en pleine forme et ses blessures ne seront plus qu’un mauvais souvenir. »

Ces paroles étaient rassurantes, mais elles le faisaient sourire. C'était un légèr sourire, traversé par la douleur du déplacement. Sa côte lui faisait bien plus de mal qu'il ne l'aurait cru. Il serait tombé plus loin sur la route et elle l'aurait probablement ramené pour le soigner. Heureusement, elle était là pour l'aider à se rendre jusqu'au lit, manifestement placé à la dernière minute. Il ne se posait pas de question, déjà elle avait pris le temps de l'accueillir et de préparer le nécessaire pour le recevoir.

Prenant place sur le lit, Ilunos grimaça. Sa côte le faisait souffrir plus que son épaule, au point tel où la flèche qui s'y était logée nuisait à son confort. Respirant un coup, il leva les yeux sur Aliénor, qui lui tendait une potion en expliquant les effets du produit. Par méfiance et par un réflexe, sa main prit possession du flacon pour le porter à son nez. Quelle horreur! L'odeur était des plus désagréables, ce qu'il laissa savoir par un dégoût apparent. Fort heureusement, ce n'était pas du poison car il l'aurait senti avec ses sens développés. Le jeune homme ne pouvait qu'envier cette chance d'avoir ces attributs, qui l'avaient maintes fois aider dans toutes les situations de sa vie. Sans discuter, il avala le liquide d'un trait. Sa grimace en disait long sur le goût nauséabonds de la concoction, tout comme son toussement. Un simple regret n'allait rien changé, alors il avait l'obligation de continuer.

« Ont va devoir retirer votre chemise, ça sera plus facile pour soigner vos blessures, je pourrai également m’assurer qu’il y a pas de corps étranger dans la plaie. » Prévint-elle.

Ilu n'était guère surpris par cette demande. Après tout, les flèches avaient percées ses vêtements avant d'entrer dans sa chair pour s'y loger comme deux vipères. Avec l'aide de la guérisseuse, il retira sa chemise et sa cape au passage, pour son plus grand confort. Pas l'ombre d'une gêne n'était sur le visage du jeune homme, qui n'était pas dans un malaise de révéler son torse à des inconnus. D'ailleurs, il lui était arrivé de chasser sans sa chemise, selon le type de traque menée. Il avait travaillé son corps pour s'adapter à la fraîcheur du matin, puis au soleil qui illuminait sa peau toute la journée. Même le froid nocturne avait pris part à cet entrainement, visant à le préparer à toutes les situations possibles.

Reprenant appui sur le lit, son regard vert trouva les yeux couleur miel de la jeune femme. Il hocha la tête lorsqu'elle expliqua ce qu'elle comptait faire. S'il en était de sa décision, il aurait préféré commencer par la côte, mais il n'était pas le spécialiste de la situation. Elle exerçait une bonne force sur son épaule libre, prête à retirer le projectile.

- « Oui. » Fut la simple réponse à la dernière question.

Une pensée traversa son esprit au moment où elle tirait sur la flèche. Il grimaçait et son visage se crispait déjà sous la douleur causée par le retrait de l'intrus dans son corps. Ce moment semblait durer une éternité, moment au bout duquel Ilunos ne pouvait retenir un cri de douleur. Doux comme un agneau, son regard devint mauvais. Il agrippa fermement la main d'Aliénor, au point où il ne se rendait pas compte de ce qu'il faisait. D'ordinaire, personne n'avait touché le jeune Kalaneth, ormis quelques accolâdes et quelques câlins. Pour les blessures, les rares guérisseurs, qui avaient pris son cas, avaient été surpris par cette agressivité dite bestiale. La souffrance semblait le pousser à se défendre, comme si un second instinct lui dictait ses gestes.

On pouvait comparer Ilunos à un animal enragé à cet instant. Son regard était sombre, sa respiration était saccadée et il se montrait plus résistant, plus rigide. Seulement une minute s'était écoulée et le regard surpris, probablement effrayé d'Aliénor, insufflait un retour au calme chez le jeune homme. Il se relâcha la main de celle-ci, baissant la tête d'une honte certaine. C'était de sa faute, pas de la sienne.

- « Pardonnez-moi... » Souffla t-il d'un ton triste. Peut être avait-elle vu pire ? Qui sait, elle avouerait peut être qu'il s'agissait de la première fois où un de ses patients se montrait hostile.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Ven 21 Aoû - 13:59

C'était toujours très délicat que de retirer une flèche et c'est un aspect de mon travail que je trouve un peu plus difficile. J'aimerai pouvoir épargner la douleur que ça ne manque pas de causer à mes patients, mais si je peux l'atténuer, je ne peux jamais la faire disparaître totalement. Je lui donnai donc une potion analgésique et je le vis le porter à son nez et faire une grimace. Je savais que le goût n'est pas mieux que l'odeur, mais c'est ce que j'ai de mieux pour le soulager et encore. Je rêve de pouvoir un jour développer une potion qui ferai disparaître la douleur le temps de prodigué les soins, mais en attendant de réussir, nous devrons nous contenter de celle là.

En attendant que la potion fasse effet, je lui expliqua ce que j'allais faire. Même s'il en n'a rien dit, je me doutais bien que la blessure de ses côtes le faisait souffrir d'avantage que son épaule, mais pour soigner son coté, je vais devoir le faire allonger sur son épaule blessée ce qui sera problématique avec une flèche dans cette dernière.  

Lorsque je lui retirai la flèche, Illunos se crispa et lâcha un cri de douleur. Alors que depuis le début, il était aussi doux qu'un agneau, il changea du tout au tout. Son regard devient mauvais et agrippa fermement ma main au point de me faire mal, bien que je réussis à rester stoïque. Se n'était pas la première fois que j'avais affaire à des patients violent, je savais comment gérer de tels situations, mais se qui me surprenait le plus et je dois dire m'inquiétais c'est son regard. Un regard qui me donnait l'impression de ne plus avoir affaire à un homme, mais à un animal. Un regard sombre, une respiration saccadée...Puis, aussi soudainement que la première fois, son attitude changea, il baissa la tête et me lâcha la main, il semblait si honteux.

- Pardonnez-moi...  Souffla t-il d'un ton triste.

- Ce n'est pas grave, j'ai vu bien pire vous savez.


Je relevai la manche de ma chemise et lui montrai la cicatrise blanchâtre que j'avais sur mon avant bras :

- C'est un patient récalcitrant qui m'a fait ça, avec son couteau et il à pas fait semblant.

Vieille histoire, mais si je lui racontais ça, c'est parce que je ne voulais pas qu'il se sente coupable pour si peu, je voulais lui donner la preuve que j'ai vraiment vue réaction plus vive que la sienne.

- Je vais terminer de nettoyer cette plaie, mais avant je vais vous donner une double dose d’analgésique.


J'allais chercher une autre fiole sur la table et lui tendit :

- Je sais que ça goûte très mauvais, mais c'est ce qui se fait de mieux.


Je le laissai boire et une fois qu'il se fut allongé je commençai à nettoyer délicatement la plaie. Il y avait pas d'infection, c'est une bonne nouvelle. Je mis une main sur la plaie et décidai d'utiliser mon pouvoir de guérison pour la cicatrisation.

- J'ai le pouvoir de guérison, je peux faire en sorte que vos blessures cicatrise instantanément, mais il faudra me promettre une chose, c'est de vous reposer ici deux ou trois jour. Je peux soigner toutes les plaies, mais les forces doivent être prise petit à petit.

Je soignai la plaie de l'épaule, mais attendit qu'il me répondre avant de m'occuper de son coté. C'est très important qu'il prenne un peu de temps pour refaire ses forces et seul un repos complet pourra y remédier et mon tempérament de guérisseuse m'interdit de laisser partir un patient qui n'est pas parfaitement remit.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Ven 21 Aoû - 15:19

Ilunos s'en voulait de ne pas avoir prévenu Aliénor. Elle croyait soigner un elfe, mais il était bien plus que ça. Il avait eu la chance de la prévenir qu'il n'était pas l'habitude d'être soigné par des guérisseurs, encore moins par des inconnus.

« Ce n'est pas grave, j'ai vu bien pire vous savez. » Disait-elle en retour.

Le jeune homme releva les yeux, en s'arrêtant sur la cicatrice de la femme. Comment pouvait-on blesser la personne qui nous sortait d'un trépas. Encore plus lâche, ce patient-là avait utilisé un couteau aux dires de la guérisseuse. Pour sa part, Ilu n'avait pas utilisé une arme. Il ne pouvait s'empêcher d'éprouver un mal pour elle, qui n'avait rien fait pour mériter un tel souvenir. Son regard exprima une tristesse empathique à l'égard de cette révélation. Il était rassuré, mais il était abasourdi d'apprendre ce qu'elle avait vécu.

« Je vais terminer de nettoyer cette plaie, mais avant je vais vous donner une double dose d’analgésique. » Prévint-elle. Elle ajouta que le goût n'était pas des plus délectables, mais c'était ce qui se faisait de mieux.

- « Je sais. Les meilleurs remèdes n'ont pas tous un goût exquis. » Répliqua t-il.

Ilunos accepta de boire la nouvelle dose d'analgésique. Comme la première fois, il grimaça au goût infect du remède. Elle voulait qu'il s'allonge pour nettoyer la plaie, ce qu'il fit sans protester. Aliénor semblait sourire, probablement parce qu'il n'était pas en si fâcheuse position. Le jeune homme observait les gestes qui devaient le guérir. La femme admettait qu'elle avait le pouvoir de guérir, mais que le repos était fortement recommandé malgré cette intervention. Il ne pouvait être plus d'accord avec cette idée.

- « Je comprend. J'ai déjà été contrait de prendre du repos pendant près d'une semaine après une chasse... à l'homme. » Il pouvait lire la curiosité dans les yeux couleur miel d'Aliénor à cet instant.

- « Je pourchassais un homme en fait, parce qu'il perpétrait le mal dans la forêt. Il m'a forcé à l'abattre avant qu'il ne prenne ma vie. Au bout du compte, j'étais couvert de lacérations et de coupures. Je perdais bien trop de sang pour aller quelque part, alors j'ai fait le nécessaire pour survivre quelques jours. Cicatriser les plaies avec des braises, apposer des feuilles pour couvrir les blessures, toutes les astuces de base y sont passés. C'était bien la fois où j'avais eu le plus de blessures sur tout le corps. Comparé à aujourd'hui, je n'ai presque rien. Malgré tout, je veux bien me reposer ici... si ma présence ne vous importune pas. »

Ilunos pouvait aussi bien partir après cette guérison, mais il avait l'impression qu'on ne le laisserait pas reprendre la route de si tôt. Les bons guérisseurs tenaient toujours à ce que leur patient soit sur pied. Si c'était le cas de la jeune femme, il n'avait d'autre choix que de rester là.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Lun 24 Aoû - 14:51

Même si c'est vrai que la réaction d'Illunos m'avait un peu surprise, elle ne m'avait pas totalement prise au dépourvu. Ont ne pense peut-être pas en premier lieu que le métier de guérisseur est dangereux, mais même si nous ne risquons pas nos vies comme les soldats sur les champs de bataille, nous devons parfois faire face à des patients brutaux et violant la preuve la cicatrice que j'ai sur le bras. Lorsque je lui ait montré, il la regarda puis porta sur moi un regard de tristesse empathique et il semblait assez étonné de ce que je lui ait révélé. Mon but n'étais pas de faire pitié, mais bien de le rassurer. Je ne lui en voulais pas et je n'avais pas peur de lui. Je lui annonçais que j'allais nettoyer la plaie, mais qu'avant j'allais lui donner une double dose d'analgésique, tout en reconnaissant que ce n'était pas bon au goût, mais que c'est ce que j'avais de plus efficace.

- Je sais. Les meilleurs remèdes n'ont pas tous un goût exquis. Répliqua t-il.


Mon patient la bu avec une grimace et accepta de se recoucher pour que je puisse terminer de nettoyer la plaie. Je la nettoya avec délicatesse et la referma grâce à mes pouvoirs. Je pouvais le faire avec la blessure à son coté, mais avant je voulais m'assurer qu'il se repose quelques jours, c'était essentiel pour qu'il se remettre parfaitement.

- Je comprend. J'ai déjà été contrait de prendre du repos pendant près d'une semaine après une chasse... à l'homme
.


Une chasse à l'homme ? Qu'est ce qu'il voulait dire par là ?

-Je pourchassais un homme en fait, parce qu'il perpétrait le mal dans la forêt. Il m'a forcé à l'abattre avant qu'il ne prenne ma vie. Au bout du compte, j'étais couvert de lacérations et de coupures. Je perdais bien trop de sang pour aller quelque part, alors j'ai fait le nécessaire pour survivre quelques jours. Cicatriser les plaies avec des braises, apposer des feuilles pour couvrir les blessures, toutes les astuces de base y sont passés. C'était bien la fois où j'avais eu le plus de blessures sur tout le corps. Comparé à aujourd'hui, je n'ai presque rien. Malgré tout, je veux bien me reposer ici... si ma présence ne vous importune pas.

- Si je comprend bien, vous pourchassez les braconniers ? Il en faut. Le braconnage est une véritable nuisance. Il perturbe l'équilibre de la nature. En tant que guérisseuse la nature est très importante pour moi, j'aime qu'elle soit protégée.

Puis, tout en badigeonnant le pourtour de la plaie du coté avec de la potion analgésique, j'ajoutai avant d'enlevé la flèche :

- Votre présence ne m'importune pas le moins du monde. Vous pourrez prendre la chambre de mes frères vous serez plus tranquille pour vous reposer.

Je saisi la flèche et le prévint que je m'apprêtai à la retirer :

- Avec le supplément d'analgésique que je vous ai donné, vous n'allez sentir qu'un tiraillement. Je suis désoler de ne pas en avoir donné d'avantage la première fois, mais cette fois ça ira mieux. Alors à trois. Un...Deux...Trois...

Je retirai la flèche et rapidement, je nettoya la plaie qui n'avait pas d'infection et la referma comme pour l'épaule.

- Voilà, les plaies et bosses guérit, mais comme je vous l'ai dit précédemment, il faudra vous reposer quelques jours. Même si la dernière fois vous avez pu survivre à des blessures pire que celles-là avec une médecine basique, aujourd'hui vous avec l'occasion de reprendre des forces. Désolé si vous me trouvez insistante, mais c'est mon devoir de médecin de m'assurer que vous serez parfaitement remit lorsque vous repartirez.


Je lui montra la chambre de mes frères et l'informa qu'il y avait un autre lit s'il voulait aller dormir un peu. Pendant ce temps là, moi je pourrai faire à manger et refaire une bonne provision de potions  fortifiantes.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Lun 24 Aoû - 16:52

Ilunos avait remarqué l'expression sur le visage de la guérisseuse après son anecdote. Elle pouvait très bien deviner la nature de ses blessures avec cette histoire courte.

« Si je comprend bien, vous pourchassez les braconniers ? Il en faut. Le braconnage est une véritable nuisance. Il perturbe l'équilibre de la nature. En tant que guérisseuse la nature est très importante pour moi, j'aime qu'elle soit protégée »

Aliénor partageait son avis sur la protection de la nature. Il ne pouvait s'empêcher de sourire, étant bien d'accord avec ses propos. Les guérisseurs du monde avait besoin de la nature pour trouver les plantes nécessaires à leur remèdes. S'il y avait un déséquilibre, la flore ne serait plus jamais la même et la végétation paierait le prix fort. Ilu se sentait fier en sachant que son travail était apprécié d'une poignée de gens. Bien des hommes et des femmes ne se souciaient pas de l'état du monde, du moment qu'ils obtenaient ce dont ils avaient besoin de la nature.

La jeune Kalaneth était plus détendu alors que la jeune femme nettoyait son épaule. Ce devait être l'analgésique qui prenait effet. Rien n'était clair dans sa tête et il ne cherchait pas la réponse à cette question. Tout ce qui comptait, c'était qu'il soit entre de bonnes mains et rien de moins. Son regard vert brillait d'animosité. Sa respiration était calme et sereine. Un sentiment de sécurité naissait en lui, bien qu'il était prêt à renverser la vapeur si sa vie était menacée.

La guérisseuse l'informa que sa présence ne l'importunait pas. Le ton assuré, elle tenait mordicus à le remettre sur pied avant qu'il ne retourne se mettre les pieds dans les plats. Le moment était venu de retirer la flèche de sa côte. Après un avertissement où il hocha simplement la tête, Ilunos grimaça et lâcha une plainte de douleur. Si ce n'était des potions qu'il avait consommé, il ne serait pas resté aussi inerte sous la souffrance. Poussant un soupir de soulagement, il écoutait toujours Aliénor.

« Voilà, les plaies et bosses guérit, mais comme je vous l'ai dit précédemment, il faudra vous reposer quelques jours. Même si la dernière fois vous avez pu survivre à des blessures pire que celles-là avec une médecine basique, aujourd'hui vous avec l'occasion de reprendre des forces. Désolé si vous me trouvez insistante, mais c'est mon devoir de médecin de m'assurer que vous serez parfaitement remit lorsque vous repartirez. »

Sur ces mots, Ilu offrit un sourire à cette jeune femme qui l'avait soigné.

- « Ces anciennes blessures étaient nombreuses, loin d'être graves comme celle que vous avez traité. Votre insistance n'est pas nécessaire, alors soyez assurée que j'attendrai mon rétablissement avant de reprendre la route. » Disait-il d'un ton aimable.

Elle lui montra une chambre, passant en revue les informations. Il y avait un autre lit, au cas où il voulait dormir.

- « J'aurais bien besoin de repos... Je n'ai pas eu une bonne nuit avec ces flèches là. »

Prenant un instant pour s'asseoir, Ilunos leva ses yeux verts sur Aliénor.

- « Merci de vous occuper de moi. Il est rare que je croise des gens prêts à en faire autant que vous.  »

Faisant un effort et prenant sa chemise, le jeune Kalaneth se leva du lit où il se trouvait. D'un pas lent, il se dirigeait vers la chambre indiquée. Vascillant quelque peu, quelques points d'appui l'aidaient à ne pas croiser le sol de près. Entrant dans la chambre, Ilu s'installa sur le lit après avoir retiré ses bottes. Ne prenant que le temps de s'installer confortablement, il ferma les yeux. Le marchand de sable était passé et l'hybride dormait maintenant d'un repos plus paisible.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mer 2 Sep - 14:27

Tout en soignant Illunos, je l'écoutais me raconter comment par le passé, il avait été blessé par un braconnier. Je comprenais son désir de protéger la nature. Sans la nature, comment pourrions nous vivre ? Sans elle, nous ne pourrions pas nous nourrir, nous vêtir, nous soigner. C'est important de contrer les plans de ceux qui veulent la surexploiter. Rapidement, je continuai de lui prodiguer les soins nécessaires tout en l'assurant que sa présence de me gênait pas le moins du monde. Se ne sera pas la première fois que j'aurai un convalescent à la maison durant quelques jours. Je lui montra la chambre de mes frères et lui dit qu'il y avait un lit s'il voulait dormir.

-J'aurais bien besoin de repos... Je n'ai pas eu une bonne nuit avec ces flèches là.


Je n'avais aucune difficulté à l'imaginer. Mon patient s'assit sur le lit et me regardant il me dit :

-Merci de vous occuper de moi. Il est rare que je croise des gens prêts à en faire autant que vous.


Pauvre homme, il semble qu'il n'a pas rencontré souvent des personnes amicale. Je ne sais pas ce qu'il a vécu par le passé, mais je veux qu'il sache qu'ici, il trouvera toujours des amis. Que se soit moi, mes parents ou mes frères.

-C'est tout naturel voyons. Sachez que vous serez toujours le bienvenu ici.

Prenant dans ma poche une petite sculpture en bois représentant une colombe, je la lui tendit et ajouta :

-En temps normal, je voyage beaucoup, si un jour vous venez et que je n'y suis pas, montrer cette sculpture à mes parents ou à mes frères et vous serez traité comme un membre de la famille.


Je ne savais pas s'il souhaiterait revenir ou si une fois remit il allait disparaître, mais je voulais qu'il sache qu'ici, il aura toujours un toit sous lequel il pourra se reposer.

Je ne voulais pas le fatiguer davantage en l'obligeant à rester assit, je le laissais donc se diriger vers la chambre et bien qu'un peu vacillant, il réussit à s'y rendre seul.

Pendant qu'il se reposait, je m'activais à préparer un bon repas reconstituant pour un convalescent. Je sortie afin d'aller chauffer le four pour faire cuire le pain et puisa de l'eau pour faire de la bonne soupe aux légumes. Bientôt, de bonnes odeurs vont envahir la maison.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Jeu 3 Sep - 2:54

Avant qu'il ne quitte la pièce, Ilunos s'était arrêté pour écouter Aliénor. Son visage restait sans émotions, mais les yeux de celle-ci en disait bien plus sur son état d'âme. Elle éprouvait probablement de l'empathie à son égard, mais il n'allait pas la questionner à ce sujet. La seule raison, pour laquelle elle devait s'inquiéter, était ses blessures. Une mauvaise intervention et il pourrait se retrouver dans le néant pour le reste de son existence. Heureusement, la guérisseuse avait fait du bon travail. Il n'était pas fâché d'avoir trouvé une professionnelle dans le domaine de la guérison.

Elle avait sorti un petit objet de sa poche, une petite sculpture. Il s'agissait d'une colombe - un bel oiseau qui représentait bien des symboles tel que la paix. Tendant la main pour prendre l'oiseau de bois, Ilu avait un large sourire en écoutant les explications de la femme aux yeux miel. Relevant ses yeux verts dans son regard, cette hospitalité était grandement appréciée. Dans les plaines d'Illnael, le chasseur ne connaissait que peu d'endroits où s'arrêter - surtout lorsqu'il devait atteindre des destinations lointaines tel que Malghar, la forêt de Naevyan et autres lieux loin de la forêt de Fylaris.

- « Merci, je tâcherai de conserver cette colombe. »

Il s'était rendu ensuite à la chambre en vascillant, mais sans tomber. L'hybride avait même ramassé sa chemise et sa cape, qu'il laissa tomber près l'oreiller. Ilunos avait retiré ses bottes, puis il s'était installé confortablement. Le sommeil vint l'attraper pour le tirer dans le monde des rêves. La tranquillité régnait dans la pièce. La respiration normale du jeune Kalaneth était bien le seul bruit audible dans toute la chambre - si on se tenait près du lit. Pris de fatigue, il n'avait pas pris le temps de se couvrir avec une couverture, dormant ainsi sur cette dernière.

Les rêves d'Ilu étaient étranges, prenant même des tournures effroyables. Il revivait son dernier affront avec les braconniers - qui l'avaient forcés à abandonner la chasse à l'homme. Au lieu d'être en sécurité, le chasseur s'était retrouvé dans une position fatale et il se réveilla au moment où l'un des hommes s'apprêtait à lui infliger une terrible torture avant de l'achever. Réveillé brusquement par ce cauchemar, l'hybride était paniqué à prime abor. Sa respiration était rapide, saccadée par la frayeur dans son regard. Le confort du lit, l'air tempéré de la pièce le ramenaient à la réalité. Il était en sécurité chez Aliénor. Poussant un soupir de soulagement, Ilunos retomba sur le lit. Bien malgré ce cauchemar, la fatigue l'obligeait à s'abandonner au monde des rêves et du repos.

Le temps filait et Ilu se réveilla au suite d'un autre mauvais rêve. Cette fois, cette vision ne concernait pas le braconnage. En sueur, il regarda rapidement ses mains pour constater qu'elles étaient tout à fait normales. Soulagé, il secoua la tête avant de porter une main à sa figure.

- « Pourquoi est-ce que je m'en fais tant ? » Murmura t-il pour lui-même.

Ignorant l'heure actuelle, le jeune Kalaneth décida de se lever. Prenant son temps, il enfila sa chemise - bien malgré les trous dans le vêtement. Heureusement, il avait d'autres habits dans son sac de voyage, mais il décida d'attendre un autre moment pour enfiler une chemise neuve. Une odeur parvint à son nez - une odeur fortement agréable au point que son estomac cria famine. Curieux et l'eau à la bouche, Ilunos suivait cette piste jusqu'à sa source. Bien qu'il ne connaissait pas le domicile de la guérisseuse, le chasseur la trouva en train de préparer un repas - visiblement dans un état avancé puisque tout était en train de cuire ou d'être chauffé.

- « Pardonnez moi de vous déranger Aliénor, mais quelle heure est-il ? » Demanda t-il, perdu par la notion du temps et de l'espace. Ce n'était pas chez lui et pourtant, il était à cet endroit grâce aux arômes appétissants des légumes de la soupe.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Jeu 10 Sep - 19:05

Je n'ai pas donné ce signe de reconnaissance à beaucoup de gens, mais avec Illunos, je n'avais pas hésité. Je voulais qu'il ait un endroit où qu'il puisse se sentir comme chez lui, mais je ne voulais pas m'attarder sur le sujet, il n'était pas ici pour se crée une famille, il était ici pour se faire soigner. Je le laissai se diriger vers la chambre et une fois la porte refermé, je me mis au travail.

Je commençais à pétrir la pâte pour faire du bon pain chaud. Ayant terminée assez rapidement, je ne perdis pas de temps et pendant que la pâte levai, je commençai à faire du fortifiant. Ça sera ont ne peut plus nécessaire.

Pendant que je broyais les plantes nécessaire à la préparation, je pensais à mon patient. Je n'étais pas quelqu'un de curieux de nature, mais il m'intriguait un peu tout de même. Je voyais bien qu'il avait du sang elfe, mais serait-il hybride lui aussi ? Peut-être du sang animorph ? Il y a un moment, dans sa réaction, j'ai bien cru voir dans ses yeux une lueur animal. Est ce que c'était mon imagination ? Je secouai la tête en me disant que c'était sans importance. Même si je suis toujours prête à écouter les autres, je n'ai jamais chercher à percer le mystère de leur origine, ni de leur vie privé, à moins que ce ne soit pour une cause médical ; je soigne ceux qui ont besoin d'aide, peu  importe leur ordre ou leur origines et se n'est pas maintenant que ça va changer.

Mettant le mélange à bouillir, je façonnais le pain et le porta dehors au coté du four pour la seconde levé, puis je me mis à préparer la soupe. Rien de mieux pour un convalescent. Les heures défilaient tranquillement tendit que je faisais toute ces petites tâches journalière. De plus, quelques personnes dans la matinée sont passé à la maison pour avoir des remèdes, une jeune femme aux prises avec les nausées d'une première grossesse, un jeune homme dont la mère faisait de la fièvre; je lui donnai un fébrifuge et quelques conseils en lui disant que si la fièvre n'était pas tombé ce soir, j'irai la voir. Normalement j'y sera aller immédiatement, mais étant seule avec un patient à la maison, je ne voulais pas m’absenter sans l'avertir et je ne voulais surtout pas le réveiller, il a trop besoin de sommeil.

Le temps passa rapidement. Je rentrai dans la maison et dressa la table pour le repas. La bonne odeur de la soupe et du pain embaumait la maison et je ne serai pas surprise que ça réveil mon convalescent. Du sommeil et de la bonne nourriture, rien de mieux pour se remettre. Me donnant raison, je vis Illunos venir me rejoindre dans la cuisine.

-  Pardonnez moi de vous déranger Aliénor, mais quelle heure est-il ?
-  Il est midi, le soleil est à son zénith. Assoyez vous, tout est prêt, lui répondis-je en souriant.

Je lui servit de la soupe, du pain, du fromage et des fruits frais.

- Si vous avez encore faim après, je ferai cuire des œufs pour compléter.

Puis, je lui tendis une fiole et lui dit de toute la boire :

- C'est du fortifiant, ça va vous aider à vous remettre plus rapidement et je puis vous assurer que ça à bien meilleur goût que l'analgésique.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Jeu 10 Sep - 22:47

Ilunos était surpris à la réponse d'Aliénor. Combien de temps avait-il dormi ? La fatigue l'avait empêché de faire le calcul. Il se rappelait qu'il était tôt le matin lorsqu'il était arrivé. Laissant tomber cette réponse, il retourna le sourire de son hôte en prenant place comme elle l'invitait à le faire.

- « Je croyais qu'il était plus tard... » Soupira t-il.

Il venait de s'asseoir et la femme s'affairait déjà à lui servir une soupe, un morceau de pain, du fromage et quelques fruits frais. Levant les yeux sur elle, Ilu secoua la tête prestement à son offre.

- « Oh non, je crois que ce sera amplement suffisant. Je ne voudrais pas abuser de votre hospitalité. » Ajouta t-il avec empressement. Ce repas était suffisant et elle en faisait déjà bien assez à son avis.

Avant même de goûter à la soupe, Ilunos posa son regard sur la fiole de fortifiant. Prenant le contenant, il sentait le produit contenu. Au moins, l'odeur n'était pas si désagréable à prime abor.

- « Ce sera plus rapide que les méthodes de la nature. » Disait-il avant de boire d'un trait.

Aliénor semblait avoir une expression interrogative. Dessinant un sourire, il s'expliqua:

- « Je n'ai pas coutume de boire ces concoctions. Habituellement, je laisse le temps soigner mes blessures et mes maux. Je fais appel à ces moyens lorsque le mal est trop fort. »

Regardant son repas, puis la femme aux yeux de miel, il arqua un sourcil. Allait-elle seulement prendre le temps de s'occuper de lui, en délaissant ses propres besoins ?

- « J'espère que vous vous joindrez à moi pour ce repas appétissant. Je ne suis pas mourant, vous le savez ? » Disait-il pince-sans-rire.

Il n'était pas prêt de toucher sa soupe sans avoir une réponse de la guérisseuse. Après tout, il pouvait bien passer quelques repas avant d'être contraint de se nourrir. Certes, elle le forcerait probablement tôt ou tard à manger, mais il ne voulait pas qu'elle s'oublie. Ses yeux verts suivaient le regard d'Aliénor, tentant d'y lire ce qu'il y décelait. En contrepartie, elle pouvait voir un aspect intérieur de sa personne, peut être même une nature animale. Des étoiles brillaient dans son regard, curieux au sujet de son hôte. Ses lèvres restaient figées, bien que les mots brûlaient sa langue pour en connaître plus.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Jeu 17 Sep - 2:52

Je ne savais pas trop quand Illunos allait se lever. Je savais que certains convalescents dormaient beaucoup, d'autre avaient de la difficulté à trouver un sommeil réparateur. C'est pour ça que je préparais que des plats qui sont prêt rapidement s'il devait se lever tôt et des plats qui seront encore très bon ce soir s'il devait se lever plus tard. Finalement, au moment où le soleil était à son zénith, je vis mon patient arriver dans la cuisine et me demanda l'heure qu'il était. Je l'en informa et il me répondit :

- Je croyais qu'il était plus tard... soupira t-il en prenant place à table.

- C'est normal de perdre la notion du temps lorsque nous devons dormir en plein jour. En plus, la plus part du temps, notre sommeil les premiers jours de convalescence ne sont pas toujours aussi reposant qu'il le faudrait et toute les potions du monde ne pourrait rien y changer, lui répondis-je en le servant son repas.


Je n'étais pas certaine qu'il y avait assez de nourriture pour lui, si je me contente le plus souvent de repas frugal, je sais que se n'est pas le cas de tout le monde, j'ai juste à penser à mes frères pour m'en persuader, c'est pour ça que je lui ait offert d'ajouter des œufs. Offre qu'il s'empressa de décliner. J'allais donc lui chercher une première dose de fortifiant qu'il huma un moment avant de le boire. Je le trouvait un peu récalcitrant et ça devait paraître sur mon visage car il m'expliqua :  

- Je n'ai pas coutume de boire ces concoctions. Habituellement, je laisse le temps soigner mes blessures et mes maux. Je fais appel à ces moyens lorsque le mal est trop fort.


- Oui, la nature fait bien les choses dans le processus de guérison, mais parfois nous n'avons pas le choix de lui aider un peu.


Je le regardais un peu et je me demandais pourquoi il ne mangeait pas. Est-ce qu'il ce sentait pas bien ? Le manque d'appétit n'est pas un bon signe pour un convalescent. Il me rassura sans le savoir en me disant :

- J'espère que vous vous joindrez à moi pour ce repas appétissant. Je ne suis pas mourant, vous le savez ?

- Non, je sais que vous n'êtes pas mourant, sans quoi je ne vous aurai pas laisser vous lever, lui répondis-je aussi pince-sans-rire qu'il l'avait été. Ne vous en faites pas, vous n'aurez pas à manger seul, je vais vous accompagner aussitôt que j'aurai mis ces pâtés au four.

Je voulais profiter du fait que le four extérieur était encore chaud grâce à la fournée de pain que je venais de terminer pour faire cuire le repas pour ce soir et demain. Je ne fut pas sortie longtemps que je m'assis à table avec le jeune homme. Il y avait un certain inconfort, je voulais tenir une conversation, ça serait trop impoli de rester ainsi sans rien se dire, mais je ne savais pas trop quoi aborder comme sujet. La famille ? Un peu risqué, ça pouvait causer un vrai malaise. La température ? Trop banal. Quoi alors ? Je me décida pour quelque chose qui ne nous impliquerai pas trop l'un l'autre.

- Étiez vous déjà venu dans les plaines avant votre accident ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Jeu 17 Sep - 6:33

Au cours des échanges, Ilunos avait vu juste à propos des remèdes. Elle devait bien remarquer un peu de récalcitrance à consommer un remède. Il n'était pas très habitué avec ces concoctions pour soigner, et sentir l'odeur lui permettait de les garder en mémoire. Son sens de l'odorat était suffisamment développé pour déceler les arômes et quelques ingrédients composants la mixture.

Suivant les recommandations d'Aliénor, Ilu avala le fortifiant sans afficher de grimace. Le mélange n'était pas désagréable au goût. Son sourire s'élargissait à la réponse de la guérisseuse quant à la question du repas.

- « Bien, alors je vais attendre. »

Le jeune Kalaneth suivait la jeune femme du regard, jusqu'à ce qu'elle soit sortie pour mettre les pâtés au four. Les odeurs du repas titillait son nez, forçant l'estomac à hurler sa faim maintes fois. Au retour de son hôte, Ilu lui adressa un sourire, rompu par un gargouillement.

- « Pardonnez moi ! » Exprima t-il avec embarras.

Son dernier repas remontait à quelques heures, alors il était tout à fait normal que son corps réclame son besoin en nourriture. Aliénor prenait place à la table finalement. Posant son regard sur elle, Ilunos lui offrait un sourire aimable avant de prendre sa première bouchée. Quel délice! Il y avait un merveilleux équilibre dans ce petit bol de légumes et de bouillon, au point où il se délectait de l'ensemble. Avec modération et appétit, l'hybride faisait preuve de bonne manière à table. Si ce n'était de la présence de la femme aux yeux de miel, il aurait dévoré son repas en deux trois temps mouvements.

Le silence planait depuis un moment dans la pièce. En temps normal, cette quiétude ne déplaisait pas à l'hybride, mais il n'était pas seul à cet instant. La jeune femme brisa l'absence de mots avec une question. Levant ses yeux verts sur Aliénor, Ilunos réfléchissait au sens de la question.

- « Eh bien, j'y passe régulièrement lorsque je dois me rendre à des destinations éloignées pour affaire. Mais je crois que ce n'est pas ce que vous vouliez dire. »

Il esquissa un sourire en coin, devinant bien que ce n'était pas la réponse qu'elle souhaitait entendre.

- « Je ne viens pas toujours sur les plaines, à moins d'être sur la route comme je l'ai mentionné. Je m'arrête parfois à la taverne... j'en oublie son nom, mais cela concerne un chat. » Poursuivait-il en fronçant les sourcils.

Le jeune homme n'oubliait pas de manger entre ses explications, prenant le temps d'une bonne cuillère et d'une bouchée de pain et de fruit.

- « J'étais déjà venu dans les plaines auparavant. C'est un bel endroit où circuler, mais je ne connais que peu d'endroit où faire une halte. Cette situation complique bien le travail d'observation. La chasse ne se limite pas à tuer des animaux pour subvenir à nos besoins. Il y a aussi un travail d'observation et de compte. Les plaines sont un endroit rêvé pour plusieurs espèces. L'ennui, c'est qu'il est difficile d'observer efficacement lorsque vous devez trouver un endroit où se reposer. » Expliqua t-il.

Laissant le silence revenir, Ilunos mangeait encore un peu. Il ne tenait pas à manger froid et les bonnes saveurs du repas l'invitaient à se sustenter. Toutefois, il ne pouvait pas être impoli envers son hôte en profitant du repas pour esquiver la conversation. Il lui était redevable pour l'hospitabilité dont la jeune femme faisait preuve à son égard. Elle avait eu le loisir de le chasser après sa guérison, mais elle ne l'avait pas fait.

- « Il est vrai que je ne viens pas toujours pour exercer mon métier. J'aime bien explorer le monde également, découvrir des recoins cachés. J'en ai beaucoup à faire avant de connaître les plaines aussi bien que la forêt d'où je viens. » Avoua t-il sans révéler de quelle forêt il était question. Son sourire était énigmatique à ce sujet, laissant son hôte faire ses conclusions à cette réponse. Elle pouvait deviner rapidement sa provenance, sans même le dire de vive voix.

- « Avez-vous voyagé beaucoup pour votre part ? » Demanda t-il gentiment avec une pointe de curiosité. Aliénor agisssait comme si c'était le cas, mais un doute planait sur cette question. Son regard devait briller d'étoiles et elle devait bien voir l'intérêt qu'elle suscitait maintenant.

- « J'ose croire que la réponse est oui, puisque vous soignez les gens apparemment. Il y a bien un autre vent qui vous transporte vers d'autres horizons pour découvrir les merveilleux trésors cachés, non ? » Enchaina t-il sans laisser la chance à son interlocutrice de répondre avant cet instant. Ses lèvres se scèllaient de nouveau, seulement pour reprendre le repas où il l'avait laissé. Il ne tenait pas compte de la manière dont elle pouvait le détailler suite à sa dernière question.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Ven 25 Sep - 14:55

Après avoir mit le repas du soir et du lendemain à cuire, je m'assis devant Illunos et nous mangeâmes notre repas ensemble. Je trouvai qu'il était un peu malséant de laisser planer un tel silence, c'est pourquoi je lui ai demandé s'il était déjà venu dans les plaines. Après un moment de réflexion, il m'expliqua qu'il y passait pour se rendre à des destinations éloignées. Tout en mangeant entre ses explications, il continua :

- J'étais déjà venu dans les plaines auparavant. C'est un bel endroit où circuler, mais je ne connais que peu d'endroit où faire une halte. Cette situation complique bien le travail d'observation. La chasse ne se limite pas à tuer des animaux pour subvenir à nos besoins. Il y a aussi un travail d'observation et de compte. Les plaines sont un endroit rêvé pour plusieurs espèces. L'ennui, c'est qu'il est difficile d'observer efficacement lorsque vous devez trouver un endroit où se reposer.


Le silence revient, pendant lequel nous nous concentrions tout deux sur notre repas.  

-  Il est vrai que je ne viens pas toujours pour exercer mon métier. J'aime bien explorer le monde également, découvrir des recoins cachés. J'en ai beaucoup à faire avant de connaître les plaines aussi bien que la forêt d'où je viens.

Il ne précisa pas de quel forêt il s'agissait, mais c'était fort probablement Fylaris. J'y allais régulièrement pour cueillir des plantes, mais c'était rare que je croisais des elfes. Ils se sont toujours montrés discrets.

Puis, gentiment, il me demanda avec une pointe de curiosité si j'avais beaucoup voyagé, mais, sans me laisser le temps de répondre, il ajouta :

- J'ose croire que la réponse est oui, puisque vous soignez les gens apparemment. Il y a bien un autre vent qui vous transporte vers d'autres horizons pour découvrir les merveilleux trésors cachés, non ?

-Oui je voyage beaucoup. Je suis allée presque partout dans le royaume, pour soigner les gens dans le besoin et récolter les plantes nécessaire à mes préparations.

À ce moment, je pris une pause. Je ne pouvais pas nier que la raison principal qui faisait que je voyageais autant, c'était pour oublier. Oublier que ma famille avait été assassinée par des fanatiques de la pureté. Oublier que j'avais rien pu faire pour les sauver. Même si j'avais promis à Rhosgobel de tout faire pour combattre ce sentiment de culpabilité parfaitement irraisonnée, ce n'était pas facile tout les jours. En temps normal, j'aurai glissée sur sa question et j'aurai parti sur un autre sujet, mais il avait été sincère avec moi, je le serai également.

- Pour tout dire, la raison principal qui me pousse à voyager autant, outre mon désir de soulager la souffrance, c'est pour m'aider à oublier.


Je voulais me laisser quelques minutes pour être capable de conserver un visage calme. Je me levai et dit simplement :

- Je vais vérifier la cuisson des pâtés, je reviens ça ne sera pas long.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Lun 28 Sep - 5:04

Ilunos avait répondu à la question d'Aliénor. Il n'avait pas omis de préciser le but de ses voyages, mais il avait omis d'identifier le lieu de sa provenance. Elle pouvait deviner la réponse par elle-même. Son apparence trahissait déjà les lieux probables où il vivait, bien que les choix étaient limités parmi les forêts du monde.

Avant de rassasier sa faim davantage, le jeune homme avait retourné la question à la jeune femme. Sa curiosité s'était éveillée et il était tout à fait normal de connaître les deux côtés de la question. Personne n'avait les mêmes objectifs, mais il n'était pas impossible d'arborer des principes semblables. Il esquissa un sourire en écoutant la réponse de son hôte. Il avait vu juste, mais les faits avaient vendus une partie de la réalité.

Le silence retomba dans la pièce et Ilunos mangeait avec appétit. Aliénor était muette, peut être trop muette. Alors qu'il s'apprêtait à lui demander si quelque chose clochait, elle rompit le silence. Les paroles de la guérisseuse avaient eu l'effet d'une bombe. Visiblement, le loup était figé devant cette révélation soudaine. Lorsqu'elle s'excusa pour vérifier les pâtés, il se contenta de hocher machinalement la tête.

Seul avec lui-même, Ilu se demandait bien pour quelle raison elle venait de lui dire ces mots. Il jouait avec sa soupe, sans y prendre une cuillèrée de plus. Sa tête était axée sur la réflexion et son visage vendait aisément la mèche. Sa machoîre remuait de gauche à droite par moment, ses yeux verts roulaient également de droite à gauche. La préoccupation le prenait en tenaille, donnant naissance à une inquiétude au sujet de cette personne qui l'avait accueillie.

Que pouvait-elle chercher à oublier ? Y avait-il quelque chose qui l'incitait à fuir son domicile ? Ilunos ignorait la réponse à cette question. Il ne pouvait cacher son intérêt, par inquiétude pour Aliénor, mais il n'allait pas lui demander plus de détails. Au retour de celle-ci, le loup s'était remis à manger lentement. Il leva son regard sur elle, en lui adressant un sourire empathique.

- « Je ne sais pas ce que vous cherchez à oublier, mais je dois avouer que vous m'inquiétez sur le sujet. Je ne vous obligerai pas à en discuter toutefois » Disait-il.

Parfois, mêmes les plus grands guérisseurs avaient besoin d'aide pour soigner leurs propres maux. Dans le cas présent, elle avait besoin d'une oreille pour l'écouter et apaiser son esprit.

- « Vous accueillez souvent des étrangers chez vous, enfin si c'est votre maison ? » Demanda t-il pour changer de sujet.

- « C'est si bien aménagé, je me demande même si ce ne serait pas... j'en oublie le mot, mais vous savez ces endroits où beaucoup de gens sont rassemblés pour être traité ? Pour qu'ils se fassent soigner par des guérisseurs comme vous. » Ajouta t-il en cherchant à se faire comprendre.


_______________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mar 29 Sep - 15:08

Après avoir avoué que je voyage dans le but d'oublier, je me sentis le besoin de sortir un instant afin d'être capable de conserver un visage calme. Pour une fois, je n'avais pas envie de pleurer, mais je me doutais bien que mon visage allait tout de même exprimer beaucoup de tristesse. Arrivé au four extérieur, je vérifiais par principe la cuisson, même si je savais bien que les pâtés n'avaient pas été mit là depuis assez longtemps pour être prêt.  Puis, m'adossant à un arbre tout près, je pris de grandes respirations pour réussir à m’apaiser. Plus rapidement que je l'aurai cru, je me sentis suffisamment sereine pour rentrer et retrouver mon invité.

M'assoyant à table, Illunos m'offrit un sourire empathique et me dit :

- Je ne sais pas ce que vous cherchez à oublier, mais je dois avouer que vous m'inquiétez sur le sujet. Je ne vous obligerai pas à en discuter toutefois.

Puis après une petite pause il ajouta :

-Vous accueillez souvent des étrangers chez vous, enfin si c'est votre maison ? C'est si bien aménagé, je me demande même si ce ne serait pas... j'en oublie le mot, mais vous savez ces endroits où beaucoup de gens sont rassemblés pour être traité ? Pour qu'ils se fassent soigner par des guérisseurs comme vous.

Je souris en écoutant parler Illunos, c'est gentil de sa part de ne pas insister pour que je lui en parle et … c'était si rare que quelqu'un s’inquiète pour moi, à l’exception de mes parents et de mes frères bien sûr. Il faut tout de même avouer que ça faisait cinq ans que je vivais dans ma coquille et que je faisais tout pour vivre seule dans ma souffrance. Si j'avais accepter de m'ouvrir d'avantage j'aurai certainement trouver des oreilles attentive, mais n'empêche que ça fait chaud au cœur d'avoir quelqu'un à qui parler.

- C'est aimable à vous de vous en faire pour moi. Je peux vous en parler, ça ne m'embête pas. J'essaie d'oublier un vieux souvenir d'il y a cinq ans. Ici, c'est la maison de mes parents ; ma mère est guérisseuse tout comme moi, et même si ce n'est pas un hôpital, il arrive qu'elle ou moi accueillons des étrangers pour les soigner. Moi j'habitais un peu plus loin sur ce chemin, après le petit boisé. J'y vivais avec mon époux et mes deux enfants. Un jour, pendant la guerre, un groupe de guerrier est passé, ils ont tué mon époux et mes deux enfants...je suis la seule survivante.

Je pris une petite pause à ce point du récit avant de continuer :

- Mes frères sont arrivés peu de temps après le massacre, il me restait encore un souffle de vie, contrairement au reste de ma famille qui était morte sur le coup. Ma mère à réussit à me sauver...mais pas l'enfant que je portais.


Je coupais encore mon récit d'une pause avant de terminer :

- Je sais que je ne pourrais jamais oublier ce qui c'est passé, que ça fera toujours partie de moi, mais j'espère que mes fréquents voyages réussiront à apaiser le souvenir par l'aide que je peux apporter aux autres.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mar 29 Sep - 18:35

Pendant l'absence d'Aliénor, Ilunos avait cessé de manger brièvement. L'aveu de celle-ci l'avait ébranlé en sachant qu'elle voyageait pour oublier. Après s'être remis du choc, il avait repris le repas où il l'avait laissé. Au retour de la jeune femme, le jeune homme lui avait dit qu'il s'inquiétait à son sujet. Toutefois, il avait exprimé l'idée qu'elle n'était pas obligée de lui révéler ses maux.

Ilu avait vu le sourire de son hôte à ces mots, probablement rassurée à l'idée de ne pas être harceler. Alors qu'il s'apprêtait à prendre une bouchée de plus, son geste s'arrêta en écoutant Aliénor. Son regard revint sur elle, concentrant son attention sur elle. Finalement, elle avait décidé de détailler son mal à oublier, tout en répondant à certains de ses interrogations posées plus tôt.

Posant sa cuillière, il se contentait d'écouter. Elle avait une histoire semblable à tous ces gens qui perdaient des proches, mais ce genre d'histoire restait toujours aussi triste à entendre.

- « Vous avez mes plus sincères condoléances pour votre époux et vos enfants. » Offrait-il en prenant la parole.

- « La guerre crée bien des malheurs... et elle n'épargne personne, pas même la nature n'y échappe. Je n'ai pas vécu ce genre de pertes, mais c'est un chagrin bien commun en temps de crise. »  

Ilunos saisissait mieux pourquoi Aliénor cherchait à oublier. La famille de celle-ci avait été massacrée et elle était la seule survivante de l'incident. La mort aurait été une option plus viable, mais la mère de son hôte avait sauvé la vie de sa fille.

- « Il est bien évident que vous ne pourrez pas oublier ce jour tragique. Les voyages effaceront temporairement ce souvenir, mais il reviendra pour vous hanter. Je sais que ces mots tranchent comme un couteau et vous m'en voyez désolé de les employer. » S'excusa t-il sur la fin de cette pensée. Il laissa le silence régner pendant un moment.

Le jeune homme baissa son regard, sur son bol de soupe probablement froid maintenant. Sa faim était partiellement rassasiée et coupée par la conversation actuelle.

- « Un jour, vous trouverez le courage d'accepter leur départ. Ce jour-là, vous n'aurez plus besoin de fuir cette peine. Ce souvenir restera douloureux, mais vous en garderez une mémoire plus douce et moins amer.  » Disait-il pour l'encourager.

- « Beaucoup de gens tiennent à vous encore, mais il faut cesser de fuir le passé pour mieux vivre votre présent et votre futur. Faites en sorte que la mort de votre époux et de vos enfants ne soit pas vaine et vous trouverez une paix harmonieuse. » Ajouta t-il en relevant légèrement le regard vers elle.

- « Pardonnez moi. Mes mots sont froids et noirs à vos oreilles, mais leur sens prendra une meilleure forme à la chaleureuse lumière de la sagesse.  » Conclua t-il en se taisant.

Cette fois, Ilunos n'avait plus envie de dire un mot de plus. Il risquait de blesser Aliénor avec des mots et ce n'était pas son intention.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Sam 3 Oct - 15:05

Même si Illunos avait eu la gentillesse de ne pas m'obliger à parler du drame que j'ai vécue, je trouvais qu'il aurait pas été courtois de ma part de garder le silence. Pas après avoir montrer de façon aussi flagrante que ce souvenir me perturbait. Je lui raconta donc, sans rentrer dans les détails ; je n'étais pas prête à lui avouer que c'était des gardiens des origines les responsables, pas plus que la famille de ma mère en était les commanditaires. Il m'écouta sans m'interrompe et lorsque j’eus terminé, il m'offrit ses condoléances pour la perte que j'ai vécue.  

- Il est bien évident que vous ne pourrez pas oublier ce jour tragique. Les voyages effaceront temporairement ce souvenir, mais il reviendra pour vous hanter. Je sais que ces mots tranchent comme un couteau et vous m'en voyez désolé de les employer.

Le silence plana un moment dans la maison ou chacun de nous porta son attention sur sa soupe.

- Un jour, vous trouverez le courage d'accepter leur départ. Ce jour-là, vous n'aurez plus besoin de fuir cette peine. Ce souvenir restera douloureux, mais vous en garderez une mémoire plus douce et moins amer. Beaucoup de gens tiennent à vous encore, mais il faut cesser de fuir le passé pour mieux vivre votre présent et votre futur. Faites en sorte que la mort de votre époux et de vos enfants ne soit pas vaine et vous trouverez une paix harmonieuse.

Il releva son regard vers moi et ajouta :

- Pardonnez moi. Mes mots sont froids et noirs à vos oreilles, mais leur sens prendra une meilleure forme à la chaleureuse lumière de la sagesse.
  Conclua t-il en se taisant.

Il y a pas si longtemps, un tel discourt aurait eu le don de me faire fondre en larmes. Mais même si je n'étais pas encore la plus forte qui soit, j'étais suffisamment lucide pour savoir qu'il avait raison. Je ne voulais pas qu'il pense qu'il m'avait blessé, rien ne serai plus faux. Je lui dit aimablement :

- Ne vous en faites pas, vos mots ne sont ni froid ni noir, vous parlez avec beaucoup de sagesse et je sais que vous avez parfaitement raison. Je dois accepter leur départ. Je ne peux pas changer le passé. Mes voyages ne sont qu'un pansement sur une plaie que je ne voulais pas réellement guérir.


Je pris une petite pause ou je réfléchissais à l'ironie de ma situation. Je me suis occupé de personnes qui ont vécus des situations semblables à la mienne et je leur disais que la fuite n'étais pas une solution, qu'il fallait accepter la situation, aussi difficile que cela puisse paraître, que c'était le seul moyen de c'en sortir et je n'ai pas suivit les principes que je prêchais. Je fit un petit sourire et je déclara :

- Je suis guérisseuse et je ne m'applique pas le bon traitement...il faut que ça change.


L'ambiance était plutôt embarrassante pour moi. Il était ici pour se faire soigner, pas pour soigner mon âme. Voulant changer de sujet je lui demanda s'il souhaitait que je lui fasse visiter les alentours.

-Ça vous permettra de mieux connaître la région, mais avant souhaitez vous que je réchauffe un peu votre soupe ? Elle ne doit plus être très chaude maintenant.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mar 6 Oct - 14:20

Ilunos avait pris le temps d'écouter Aliénor, qui avait alors raconté le mal qui la tracassait depuis quelques temps. Elle avait subi une perte importante dans sa vie, et comme la plupart des gens, la guerre avait été en cause. Il ne pouvait pas comprendre l'ampleur de perdre un être cher, mais il avait entendu suffisamment d'histoire du même cas pour connaître l'état où les victimes finissaient.

Ilu discourait pour remonter le moral de la jeune femme, même si ses mots étaient poignants - voir tranchants. Il avait pris tout son temps pour dire les mots et à sa conclusion, il avait présenté ses excuses à son interlocutrice. Si ce n'était pas de sa courtoisie, elle aurait pu le chasser immédiatement. Or, les événements se succédaient autrement que l'imagination du jeune homme l'avait dépeint.

Ilunos était rassuré lorsque Aliénor prit la parole, abordant le fait que ses dires n'étaient ni froid, ni noir. Il esquissa un léger sourire à la mention de sa sagesse, bien qu'il avait fait de preuve de bon sens à ses yeux. Ce devait être sa manière de parler qui était en cause de cette sagesse. Elle devait accepter le départ de ses proches enlevés - et ce malgré la douleur profonde laissée dans son coeur - et c'était un point dont elle était bien d'accord.

Le silence plana pendant un moment. Il semblait que cet instant soit un moment de réflexion pour les deux partis. Son hôte brisa le silence et le jeune homme souriait aux mots de celle-ci.

« Je suis guérisseuse et je ne m'applique pas le bon traitement...il faut que ça change. »

Elle n'avait jamais si bien dit. Aliénor changea de sujet et Ilunos hocha la tête en entendant la première proposition.

- « Je crois que j'aimerais bien visiter les lieux. Je pourrais identifier des points de repères, et peut être que je pourrais comprendre ce qui motive quelqu'un à construire sa maison sur les plaines. »

Jetant un regard à sa soupe, Ilu releva la tête pour regarder la jeune femme.

- « Elle n'est plus très chaude, mais j'ai mangé amplement pour l'instant. Un peu d'air frais ne pourra pas me faire de mal, n'est-ce pas ? » Demanda t-il.

- « J'imagine qu'un peu d'air frais ne vous fera pas de mal également. » Ajouta t-il d'un ton taquin.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mer 14 Oct - 15:30

Contrairement à ce que j'aurai cru un instant plus tôt, parler de la perte que j'ai vécue, même sans entrer dans les détails, ça m'a fait du bien. Depuis les dernière années, j'étais habité d'une sorte de pudeur qui faisait en sorte que je ne voulais pas que les autres saches la souffrance que je vivais. Je me disait que en tant que guérisseuse, je devais être forte pour les gens que je m'occupais, personne n'aurait voulut se faire soigner par un médecin incapable de soigner sa propre douleur et forte aussi pour ma famille qui s'inquiétait pour moi.  Extérieurement, j'étais forte et j'avais passé au travèrent du malheur que j'ai vécue, mais intérieurement, c'était autre chose. Ça ne fait que quelques semaines que la plaie commence à cicatriser et j'ai l'intention de continuer dans cette voie.

Souhaitant changer de sujet, je demandai à Illunos s'il aimerait que je lui réchauffe sa soupe et si par après il aimerait visiter les alentours. Ça lui permettrait de mieux connaître les Plaines et par la même occasion, de changer l'ambiance qui était un peu lourde après l'aveu que je venais de faire.

- Je crois que j'aimerais bien visiter les lieux. Je pourrais identifier des points de repères, et peut être que je pourrais comprendre ce qui motive quelqu'un à construire sa maison sur les plaines.

Puis, jetant un regard sur sa soupe, il me regarda de nouveau et dit :

- Elle n'est plus très chaude, mais j'ai mangé amplement pour l'instant. Un peu d'air frais ne pourra pas me faire de mal, n'est-ce pas ? demanda t-il.
- J'imagine qu'un peu d'air frais ne vous fera pas de mal également, ajouta t-il d'un ton taquin.


Je ris doucement en l'écoutant, et je lui répondit :

- En effet, un peu d'air frais ne pourra que me faire du bien.


Nous sortîmes donc ensemble et je lui montrai tout les endroits que j'aimais. Après tout, j'ai passée 13 années de ma vie ici et durant les cinq dernière années, même si je voyageais beaucoup, je revenais souvent dans les Plaines, je les connaissaient donc très bien. Je lui montrai les ruisseaux, les étangs, les petits boisés, tout ses endroits où il est possible de faire des haltes, même si je lui renouvela l'offre de venir chez mes parents à chaque fois qu'il viendra dans les Plaines. Le temps fila rapidement et il fut le temps de rentrer. Illunos était convalescent, il avait encore besoin de repos. Demain, s'il le souhaitait, je pourrai lui montrer le village. Se n'est pas très loin et je crois que ça pourrai l’intéresser. Mais pour l'instant, le plus important, c'est de prendre un bon repas reconstituant. Une fois rentrer, je lui fit signe de s'installer à table et rapidement je lui servit une bonne portion de pâté, du pain, du fromage, des noix et des fruits. Je m'installa face à lui et lui dit souriante :

- Bon appétit.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

IV - Rodeur d'Elite

Messages : 1256
Points : 958
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 27
Âge : 25 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Lun 19 Oct - 17:45

Ilunos dessina un sourire au petit rire d'Aliénor. Avec son accord, il quitta la table en compagnie de celle-ci. Dehors, elle le guida à travers une multitude d'endroit. Manifestement, elle connaissait les alentours depuis longtemps. La jeune femme menait la marche, en montrant divers points d'intérêt des Plaines. Plusieurs ruisseaux serpentaient ce vaste territoire avant de rejoindre des cours d'eau éloignés. Du moins, c'était l'impression qu'Ilu en tirait. Quelques étangs suscitaient son intérêt, surtout les étendues d'eau à proximité des boisés. Ces coins verts serviraient de halte et de cachette pour ses prochains passages, si un poursuivant était à ses trousses.

Le temps filait rapidement, comme un lièvre détallant devant un renard. De retour au domicile d'Aliénor, Ilunos prenait place à la table. Elle servait déjà le repas, offrant une part généreuse aux yeux. Son regard était grand et lorsqu'il croisa le regard de son hôte, il lui retourna le sourire.

- « Bon appétit ! »

La surprise passée, Ilu mangea avec appétit. Cette promenade au grand air avait ouvert l'appétit. Il ne s'était pas attendu à recevoir une part aussi importante. Pendant le repas, il réfléchissait à cette journée de convalescence. Il avait eu de la chance de trouver la guérisseuse aussi près du lieu de sa dernière traque. Ses blessures n'avaient pas été mortelles, mais une infection aurait agravé son état sans l'intervention de la jeune femme. Lorsqu'il arrêta de manger, le jeune homme avait englouti la moitié de son repas. Nullement surpris par ce fait, Ilunos leva ses yeux verts sur Aliénor. Elle en avait fait beaucoup pour lui, mais il n'avait offert que sa coopération et une part de méfiance instinctive au départ.

- « Vous savez... vous en avez fait beaucoup pour moi aujourd'hui. Les soins, le repas et l'hospitalité. Je vous ai même écouté lorsque vous avez parlé de votre passé et de vous. » Commença t-il en cherchant les mots justes pour s'exprimer.

- « Si vous voulez me demander quelque chose à mon sujet, peu importe le motif, ne vous gênez pas. Je crois que ce serait la moindre des choses que je vous parle de moi après tout. » Disait-il finalement avec le sourire.

Aliénor avait probablement eu des interrogations depuis le début, mais elle s'était probablement abstenue de les poser. Maintenant qu'elle avait parlé d'elle, il pouvait bien parler de sa personne.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos) Mar 27 Oct - 0:44

C'était une belle après  midi qui venait de s'écouler. J'appréciais la présence d'Illunos. Il était gentil. C'était autre chose que les patients que Alanya et moi avions du nous occuper la veille. C'est un peu pour ça que je lui ait offert de lui faire visiter les alentours. Même si je lui ait affirmé qu'il pouvait venir aussi souvent qu'il le souhaitait, que ma famille et moi-même allions toujours le considérer comme notre invité, je n'étais pas certaine qu'il accepterait mon invitation. Alors en connaissant un peu mieux les alentours, il pourra au moins se reposer en sécurité.

Une fois de retour, je lui servis rapidement un bon repas. Je voulais qu'il puisse manger quelques chose de soutenant et de consistant. La clé d'une convalescence réussit, de la bonne nourriture et du repos, il y a rien de mieux. Il sembla un peu surpris sur la quantité, mais il mangea avec appétit et en un rien de temps, la moitié de son assiette était vide. C'était bon signe ça, il est sur la voie de la guérison.

- Vous savez... vous en avez fait beaucoup pour moi aujourd'hui. Les soins, le repas et l'hospitalité. Je vous ai même écouté lorsque vous avez parlé de votre passé et de vous.

Je ne comprenais pas trop où il voulait en venir. Après tout, je n'avais fait que mon travail. Je suis guérisseuse, je soigne tout ceux qui ont besoin de moi. Il avait besoin de moi, j'étais là et même si je n'avais pas été guérisseuse, je n'aurai pas pu décemment le laisser partir dans l'état où il était.

- Si vous voulez me demander quelque chose à mon sujet, peu importe le motif, ne vous gênez pas. Je crois que ce serait la moindre des choses que je vous parle de moi après tout. » termina-t-il finalement avec le sourire.

Poser des questions ? Je ne sais pas trop. Je ne suis pas curieuse de nature et même si c'est vrai que je me suis posée des questions sur lui au départ, je n'avais pas l'intention de franchir le pas et de les poser.

Lui demander de manière détourné s'il est tout comme moi un hybride ? Je ne répondrai pas à une telle question et je ne demanderai pas à une autre personne d'y répondre. Je lui dit donc simplement :

- Je ne suis pas tellement habituer à poser des questions personnelle à ceux que je rencontre. Si quelqu'un à envie de parler de lui, je suis là pour l'écouter, tout en lui offrant l'assurance que tout ce qui à été dit ne sera pas répéter.


Je pris une petite pause avant d'ajouter :

-Je crois que la seule question que je serai capable de vous poser c'est si vous avez des frères ou des sœurs.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos)

Revenir en haut Aller en bas

Je ne vous veux pas de mal, faites moi confiance (PV Illunos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Quel sport faite vous?
» Ne vous faites pas de mauvais sang
» Qu'est-ce que vous faites à cette heure ?
» Que faites-vous en ce moment ?
» [Terminé] Ce que vous faites dans la vie résonne dans l’éternité - PV Livia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laryskanir :: Coin Rp :: Les Plaines d'Illnael-