Dans un monde déchiré par les guerres, les laryskaniens tentent de sortir leur royaume des ténèbres qui le hante. Rejoignez-les mais dans quel camp serez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

II - Fantassin

Messages : 328
Points : 250
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 20
Localisation : Karthal
Âge : 27 ans

MessageSujet: Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann| Mer 29 Juil - 0:59

Date: 21ème jour de la saison de Walhdrick, an 329

Il faisait chaud aujourd'hui. La saison de Walhdrick n'épargnait pas le sud de Laryskanir. Mais à Karthal cependant, l'air marin rendait la journée plus respirable. L'avantage d'une ville située près de la côte. Swalia elle ne voyait personne. La mage ne voulait pas vivre dans la ville, dans un endroit blindé de monde et de bruits. Elle a toujours été solitaire, alors vivre mêlée à la foule ne l'intéressait pas.

Non, elle elle préférait vivre à l'écart. Dans une petite maison un peu au sud, pas très loin. Elle voyait l'ombre de la ville se dessiner à l'horizon, et ça lui suffisait. Oh la maison n'était pas très grande. De l'extérieur, elle ferait presque peine à voir. On aurait dit une pauvre petite maison de pêcheurs, à la limite de l'abandon. L'intérieur était un peu plus spacieux, tout en demeurant assez rudimentaire. Swalia ne cherchait pas plus de confort que ce dont elle avait besoin, et préférait élever sa fille dans la simplicité.

Jennsen et elle étaient sur la plage à ce moment là. La petite adorait la mer, et y passerait volontiers toutes ses journées si elle le pouvait. La passion de la gamine était les coquillages. Elle en ramassait plein, pendant des heures. Puis elle les nettoyait et ne gardait que ceux qu'elle préférait. Swalia les mettait dans un gros bocal de verre près de l'entrée, et Jenny était toute fière de voir ses coquillages dès qu'elle arrivait à la maison. Aujourd'hui la mage avait emmené sa fille sur les roches, Jennsen voulant apprendre à faire des ricochets.

Swalia était assise à la regarder chercher les bons cailloux, et à s’entraîner à bien les lancer, sans y parvenir encore très bien. La petite commençait à faire la moue, déçue de ne pas mieux y arriver. Elle se tourna alors, cherchant des yeux de nouveaux cailloux lorsqu'elle vit quelqu'un au loin. L'enfant se tourna alors vers sa mère.

- Maman ! Regarde là-bas ! fit-elle en montrant un homme du doigt.

Rapidement, la mage fut sur ses gardes. Elle se leva et passa devant sa fille, posant une main sur son épaule.

- Reste derrière moi mon coeur, et fait ce que je te dis.

- D'accord...

Swalia était tellement méfiante envers les étrangers, que sa fille avait apprit à être vigilante avec les inconnus. La jeune femme ne voulait pas non plus que Jenn développe une phobie par sa faute, mais ses instincts de guerrière prenaient toujours le dessus dans ce genre de situation. Sans bouger, elle fixait donc l'homme qui semblait venir dans sa direction.

_______________________________

"Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser, des blessures si profondes qu'elles se sont emparées de vous."




Merci ♥:
 


Dernière édition par Swalia Den'Hely le Dim 16 Aoû - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Jeune Recrue

Messages : 145
Points : 93
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Âge : 28 ans

MessageSujet: Re: Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann| Ven 31 Juil - 14:05



Après avoir quittait la forêt de Fylaris, Yoann était vers le Nord. En approchant d'une auberge, il préféra faire demi-tour, il avait déjà croisé l'établissement quelques mois auparavant, et il n'avait aucune envie d'avoir l'odeur de l'alcool dans le nez pendant son chemin. Il se dirigea alors vers le Sud-Ouest, dans ses souvenirs, il y trouverait une ville portuaire après de longues heures de marche.


Tandis que Yoann se dirigeait vers Karthal, il repensa au passé, imaginant ce qui se serait passé s'il avait été présent près d'Elywenn pendant cette guerre. Elle serait peut-être encore en vie, et il pourrait vivre ensemble, avec leur fils, une vie paisible à l'abri des tumultes de la vie. Plus il pensait au passé, plus il avançait vite, emporté par ses émotions, il se métamorphosa en cerf et galopa jusqu'à voir se dessiner la ville au loin. Il revint alors à lui et ralenti l'allure en redevenant humain.


Yoann entra et traversa la moitié de la ville sans embûche. Il avait profité de ce retour à la civilisation pour remplir sa besace de denrées et breuvages revigorants. Cependant, en quittant la place du marché, Yoann tomba net sur un groupe d'humain chancelant à cause de l'alcool qui importuné tout le monde dans les rues. Ne souhaitant avoir de problème, il essaya de se faire discret, malheureusement, l'un d'eux avait vu sa bourse bien pleine lorsqu'il avait payé ses achats, et celui-ci semblait s'y intéresser de plus en plus. Les hommes se mirent alors en demi-cercle autour de Yoann qui fit demi-tour avant d'être prit entièrement au piège. Il partit en courant vers la sortie de la ville la plus proche, celle menant vers les plages du continent.


Cinq des hommes le prirent en chasse, tous ayant dégainé leur arme, Yoann n'eut le choix d'accélérer l'allure afin de ne plus être la cible de l'archer du groupe. Il n'était plus que quatre à le suivre car l'un d'eux trébucha sur un établi en quittant la ville. Puisqu'il avait de l'avance, Yoann s’arrêta un instant afin de tirer quelques flèches, avec l'espoir d'effrayer les hommes. Il toucha l'un d'eux, le plus grand, dans l'épaule. Il ne souhaitait pas les tuer, mais juste continuer son chemin tranquillement. Malheureusement, les trois derniers en courses prirent le geste de Yoann pour de l'arrogance et redoublèrent d'effort pour le rattraper. Yoann reprit sa course et regagna de la distance sur les hommes s'essoufflant rapidement.


Yoann vit une maison de pêcheur se dessiner devant lui, et il décida d'y aller rapidement, dans l'espoir d'y trouver de l'aide. Arrivant à la hauteur de la maisonnette, voyant personne aux alentours il continua tout droit vers le bord de mer, toujours poursuivit par les trois balourds. Il vit alors au loin une femme et un enfant. Il ralentit alors pour ne pas les effrayer et avança en leur direction. Lorsqu'il fut assez proche d'eux pour voir ce qu'ils faisaient et vise-et-versa, Yoann vit l'enfant, une jeune fille, se cacher derrière l'adulte, très certainement sa mère. Il se rappela alors que la chose la plus dangereuse dans le monde animal était une mère protégeant ses petits, il se dit qu'il en était certainement de même chez les humains, alors il parla fort à distance.


- Mesdames, je suis réellement désolé de vous importuner, mais trois hommes en ont après mes biens depuis la ville, et je ne parviens à m'en défaire. Avez vous la possibilité de me venir en aide ?


Yoann se doutait que la réponse de la mère serait non, pourquoi aiderait-elle un inconnu en mettant, par ce fait, la vie de son enfant en danger ? Yoann déposa alors son arc, son carquois et sa dague au sol afin de montrer aux Dames qu'il ne souhaitait pas s'en prendre à elle, mais réellement se débarrasser des trois arriérés le chassant jusqu'aux côtes. Les hommes regagnèrent leur retard et arrivèrent à la hauteur de Yoann. Ce dernier récupéra ses armes en vitesse, et, avec sa dague, menaça ses adversaires qui lui tournaient autour. L'un des hommes se jeta sur lui, Yoann n'eut d'autres choix que de traverser son corps avec sa dague. Cependant les deux autres lui donna de violents coups de pieds dans le dos, Yoann tomba net sur l'homme qu'il venait de tuer, il était désormais à leur merci.


_______________________________

" Tous ceux qui sont habitués au succès sont pleins d'astuces pour présenter toujours leurs défauts et leurs faiblesses comme de la force apparente : ce pourquoi ils doivent les connaître particulièrement bien. "
                                                                                                                               Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas


avatar

II - Fantassin

Messages : 328
Points : 250
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 20
Localisation : Karthal
Âge : 27 ans

MessageSujet: Re: Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann| Jeu 6 Aoû - 15:38


Swalia regarda rapidement autour d'elle. De peur que cet homme veuille du mal à sa famille et qu'il ne soit pas seul. Elle cherchait des yeux s'il avait des complices, si Jennsen et elle étaient encerclées. Mais la mage ne vit rien. Sa méfiance ne s'estompa pas pour autant. La jeune femme n'avait pas son épée sur elle. Elle ne l'avait plus tout le temps maintenant. Elle était juste une mère avec sa fille sur la plage, d'où l'inutilité d'être armée. Et puis dans le pire des cas, Swalia avait toujours ses pouvoirs pour se défendre.

L'homme arriva près d'elles, et s'arrêta à une bonne distance, ne voulant pas se montrer menaçant. La fillette serra fort la main de Swalia lorsqu'il parla. La mage écouta ce qu'il avait à dire. Il était poursuivit, et avait besoin d'aide. La jeune femme s'apprêtait à refuser. Elle ne le connaissait pas. Et puis il y avait Jenn. Mais trois hommes, un peu plus loin, couraient en leur direction. Elle ne pouvait pas laisser quelqu'un mourir sous les yeux de sa fille. Swalia hocha la tête et réfléchit rapidement. La maison était à plusieurs centaines de mètres. Elle ne pouvait pas envoyer sa fille se réfugier là-bas, il était trop tard.

Alors que les poursuivants de l'inconnu se rapprochaient considérablement, la mère s'agenouilla devant la fillette. Délicatement, elle posa une main sur sa nuque, et caressa les cheveux sombres de l'enfant. Elle voyait bien la peur de Jenny. Comment aurait-il pu en être autrement ? C'était une enfant. Une si jeune enfant. Mais une petite fille qui depuis sa naissance était confrontée à la violence de la vie.

- Tu vas être courageuse d'accord ? Je veux que tu te tournes. Tu vas fermer les yeux, et te boucher les oreilles très très fort. Tout va bien se passer Jenny.

Elle avait quatre ans. Et si Swalia ne lui cachait pas qu'il y avait de mauvaises personnes dans ce monde, elle ne voulait pas que sa fille en soit témoin si jeune. Elle était trop petite, et pour rien au monde elle ne voudrait briser son innocence. Il ne fallait pas qu'elle voit ça, qu'elle entende ça. Swalia la préservait du mieux qu'elle le pouvait...

Alors que Jennsen obéissait à sa mère, l'inconnu s'était emparé de sa dague pour affronter un des trois hommes, qu'il tua aisément. Il était rapide, il savait se battre, il savait tuer. Swalia en apprit beaucoup sur lui en peu de temps. Il fut frappé dans le dos, et tomba sur le cadavre chaud. Un des hommes allait le tuer, mais Swalia utilisa son pouvoir. Elle retourna l'arme de l'assaillant contre lui-même, et lui transperça le coeur d'un coup, rapidement, en silence, sans lui laisser le temps de crier. L'autre homme se rua sur elle, tentant de la frapper au visage. Elle esquiva le coup de justesse, et lui attrapa le cou. Elle serra ses doigts dessus. Ses longs doigts doigts fin et déclencha son pouvoir, faisant augmenter la température de son corps, brûlant de sa peau le cou de l'homme. Il ne pouvait pas crier, c'était ce qu'elle voulait. Pas de cris. Pour que Jenn ne se rende compte de rien. C'était une mort douloureuse, vraiment peu enviable. Ce n'était pas très rapide non plus. Swalia était impassible devant le visage de douleur de l'homme, alors qu'il était littéralement entrain de cuire de l'intérieur. Jusqu'à ce que l'air ne parvienne plus à ses poumons. Jusqu'à ce que le sang ne circule plus. Il était enfin mort. Elle le lâcha. Il tomba, comme une poupée de chiffon, une effroyable marque sur le cou.

Une fois l'agonie terminée, elle regarda l'inconnu. Elle le regarda comme si de rien n'était, comme si tuer ces deux hommes de sang froid alors qu'ils ne lui avaient rien fait à elle ne représentait rien à ses yeux. C'était le cas. Elle le détailla rapidement avant de se décider à parler.

- Êtes-vous blessé ?

Puis, sans attendre sa réponse, elle alla retrouver sa fille. Se mettant devant elle, elle retira doucement ses petites mains de ses oreilles et essuya avec délicatesse ses larmes.

- C'est terminé mon coeur

- J'ai eu peur...

- Je sais, mais tout va bien. Tu ne crains rien. Je suis là.

Elle serra sa fille dans ses bras. Quand elle parlait à Jennsen sa voix était différente. Beaucoup plus douce et attentionnée. Elle se releva, la petite dans les bras, de manière à ce qu'elle ne voit pas les corps. Swalia regarda l'homme, avant de s'adresser à lui.

- Ne restons pas ici je vous prie...

Swalia se doutait qu'il comprendrait ce qu'elle voulait dire. Qu'elle voulait éloigner la fillette de cet endroit. De ces morts.

_______________________________

"Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser, des blessures si profondes qu'elles se sont emparées de vous."




Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Jeune Recrue

Messages : 145
Points : 93
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Âge : 28 ans

MessageSujet: Re: Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann| Mer 12 Aoû - 22:35



Yoann vit la femme parler à sa fille, il imaginait très bien ce qu'elle était entrain de lui dire. Elle pouvait lui dire qu'elles allaient partir en toute sécurité, mais puisqu'elles restaient sur place, Yoann supposa qu'elle était certainement entrain de lui dire de détourner le regard et que tout cela serait bien vite fini. Yoann, encerclait par les trois hommes, n'eut pas le choix que de tuer un de ses assaillants et les deux autres le mirent au sol. Il était à leur merci mais grâce à l'intervention de la femme rencontrait un moment avant, il fut débarrassé des hommes. Le premier qui allait lui donner le coup de grâce se fit tuer par sa propre arme. Le second  s'étant jetait sur la femme, Yoann se leva en vitesse pour lui venir en aide à son tour, mais la femme serra le cou de l'homme qui devint de plus en plus livide, et, lorsqu'il laissa partir son dernier souffle, elle le laissa tomber sur le sol, le visage figé de douleurs. Yoann releva la tête sur la femme et prit la parole.


- Je vous dois la vie, je vous serai éternellement reconnaissant !


Lorsqu'elle lui demanda s'il avait été blessé, il secoua la tête négativement, hormis quelques hématomes, il n'aurait aucun signe de ce combat. Il retourna alors la question à son interlocutrice qui se dirigeait vers sa fille. La petite disait avoir peur, mais Yoann semblait voir plus que de la peur dans les yeux de cette enfant. Rien de plus normal, la violence n'était pas faites pour les enfants, elle ne l'était pour personne d'ailleurs. Bien sur, certaines personnes aimaient la violence, la douleur, voir souffrir les gens, mais ces gens là ne sont pas sain d'esprit. En réfléchissant un peu, Yoann sourit à sa conclusion puisqu'il souhaitait lui-même la mort d'une personne, il venait donc de dire de lui-même qu'il n'était pas sain d'esprit.


- En effet, quittons ces lieux pour d'autres plus convenables.


Yoann sorti de sa besace deux pierres différentes et, s'approchant du premier cadavre, y mit le feu. Il fit la même chose des deux autres, puis regarda l'océan. Il sollicita la femme qui possédait des dons magiques du regard. S'ils laissaient les cadavres brûlant ici, une mauvaise odeur régnerai jusqu'au gîte des deux dames. Puis il se mit en route, à la suite de la mère et la fille. Une fois à leur hauteur, il se présenta.


- Je me nomme Yoann Vurann, pour vous servir mesdames!


Yoann n'avait pas prononcé cette phrase depuis bien longtemps. Il ne rendait plus de service, mais dans ce cas là, il n'y voyait pas d'autres possibilités, il était redevable de cette femme qui lui avait sauvé la vie. Yoann observait l'enfant en pensant à Redhry. S'il était là, ils seraient peut-être devenu ami. Il se perdait dans ses souvenirs, et essayait d'imaginer à quoi pouvait bien ressembler son fils. Lui ressemblerait-il ? Ou ressemblerait-il à sa mère ? Yoann passait la moitié de son temps à penser à Elywenn, et l'autre moitié à Redhry, il se posait un tas de question sur ce jeune homme, cet enfant étant le sien qu'il ait de son sang ou non. Il enviait la mère et la fille qui étaient ensemble. En quittant ses pensées, il se rendit compte qu'il fixait toujours l'enfant. Il lui sourit gentiment et regarda alors la mère.


- Vous avez de la chance d'avoir une si jolie et courageuse enfant madame !


Yoann avait un regard un peu triste mais déterminé à retrouver ce fils, ou qu'il soit sur terre !


_______________________________

" Tous ceux qui sont habitués au succès sont pleins d'astuces pour présenter toujours leurs défauts et leurs faiblesses comme de la force apparente : ce pourquoi ils doivent les connaître particulièrement bien. "
                                                                                                                               Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas


avatar

II - Fantassin

Messages : 328
Points : 250
Date d'inscription : 14/07/2015
Age : 20
Localisation : Karthal
Âge : 27 ans

MessageSujet: Re: Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann| Ven 14 Aoû - 15:35

Le combat était terminé. L'homme ne fut pas choqué par le cadavre calciné de l'intérieur, dont on voyait les stigmates sur sa peau. Cette indifférence fit comprendre à Swalia qu'il était habitué à côtoyer la mort. Les paroles de l'homme ne lui firent ni chaud ni froid. Elle n'était pas franchement une habituée de la reconnaissance, et ne se formalisait pas à ce genre de choses, se contentant d'hausser les épaules.

Le type n'était pas blessé. Swalia non plus. Tout allait bien. L'homme mit feu aux cadavres, et lança un regard à Swalia qu'elle n'eut pas besoin d’interpréter. Elle se concentra pour envoyer les corps brûlant dans l'océan, avant que l'odeur de la chair calcinée ne se répande. Jennsen, même si elle ne regardait pas le spectacle, n'était pas dupe.

- Tu les as tués maman ?

- Oui, répondit-elle avec honnêteté.

La fillette ne répondit pas. Elle n'était pas choquée, elle connaissait la mort. Mais on serait incapable de dire pourquoi elle gardait le silence. Etait-elle triste que des hommes aient perdus la vie ? Cautionnait-elle que l'on puisse tuer quelqu'un ? Trouvait-elle cela normal ? Etait-elle indifférente à tout ce spectacle ? La mère savait que la fillette n'était pas vraiment comme elle. Jennsen était beaucoup plus tendre et attentive aux autres. Mais l'enfant savait aussi que rester en vie avait un prix. Après tout, avec une mère assassin, on est obligés de connaître ce genre de choses dès le plus jeune âge...

Swalia se mit à marcher, l'enfant dans les bras, et l'homme les rejoignit, se présentant. Yoann Vurann. Swalia retint son nom, n'étant pas encore persuadée de pouvoir lui faire confiance. Oui, elle l'avait aidé pourtant. Elle l'avait aidé lui, alors qu'elle aurait aussi pu aider ses adversaires. Swalia avait fait un choix, et savait qu'elle avait fait le bon. Mais elle était aussi très méfiante. Elle ne connaissait pas cet homme, et c'était à ses yeux une raison amplement suffisante pour rester sur ses gardes. Malgré tout, elle se présenta à son tour.

- Swalia Den'Hely. Et ma fille, Jennsen.

Il regardait la petite fille, et Jennsen vit comme de la tristesse dans son regard. Elle lui adressa alors un léger sourire, comme si elle voulait l'apaiser. Les trois personnes arrivèrent au niveau de l'habitation et Swalia posa sa fille sur le sol. Yoann s'exprima alors, et Swalia le dévisagea un instant. Oui, elle avait beaucoup de chance d'avoir Jennsen. Elle prit la main de sa fille. L'enfant était tout ce qu'elle avait, tout ce qu'il lui restait. Jenny était sa seule raison de vivre à présent.

- Oui...

Elle ne dit pas qu'elle n'avait pas voulu être mère. Elle ne dit pas qu'elle ne s'état pas sentie prête, que c'était un accident. Et que Din désirait tellement être père qu'elle a gardé l'enfant. Elle ne dit pas non plus qu'il est mort au moment où elle lui a annoncé sa grossesse, et qu'elle a peur, tout le temps. Tellement peur de ne pas être une bonne mère, de ne pas être à la hauteur de son rôle. Et tellement peur de devoir élever une enfant toute seule, parce que lui n'est plus là pour être le père qu'il voulait tant devenir. Swalia inspira profondément et ouvrit la porte, invitant l'homme à entrer.

- Vous êtes du coin ? demanda-t-elle.

Elle avait refermé la porte une fois tout le monde entré, afin de préserver au maximum la pièce de la chaleur extérieure. Jennsen décida de servir à boire, et remplit trois verres de jus de fruit, s'appliquant à ne pas renverser la boisson partout.

_______________________________

"Il y a des choses que le temps ne peut cicatriser, des blessures si profondes qu'elles se sont emparées de vous."




Merci ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Jeune Recrue

Messages : 145
Points : 93
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Âge : 28 ans

MessageSujet: Re: Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann| Lun 31 Aoû - 19:02



Yoann observait l'inconnue balancer les corps brûlants de ses assaillants dans les eaux. Il garda le regard vers le large pendant un certain temps. Il entendit la fillette demandait à sa mère si celle-ci avait tué les hommes. Yoann fut agréablement surpris par la réponse de la mère. En effet, il s'attendait à entendre une histoire créée de toutes pièces pour ne pas épouvanter l'enfant, cependant, la mère dit la vérité, montrant une véritable honnêteté de sa part. Yoann apprit beaucoup de chose sur ces deux femmes durant cet échange. La fillette qui gardait à  présent le silence semblait être en pleine réflexion et non choquée, elle connaissait donc la mort, elle n'était pas une enfant niaise dans ce monde de barbare, et même s'y elle ne tuerait pas un Homme de sa propre main, elle savait à quoi s'attendre en grandissant. Certes, ces actes marquent à jamais l'esprit, surtout lorsqu'il est encore jeune, mais il s'agit de la pur et triste réalité.


Aux côtés de cette mère et sa fille, Yoann marcha jusqu'à leur demeure. Swalia et Jennsen Den'Hely, Yoann conserverait ces noms dans sa mémoire, ainsi que leurs visages, celui d'une mère et d'une fille, vivant seules à l'extérieur de Karthal mais loin d'être sans défense. Swalia répondit à l'affirmation de Yoann par un oui très évocateur. Yoann avait l'impression que la vie entière de cette femme se tournée vers sa fille, mais qui était le père ? Yoann ne se permis pas de poser la question, et repensa alors à Redhry qui était quelque part sans aucun de ses parents.


Yoann entra dans la petite maison avec ses habitantes, s'installa autour de la table en observant la jeune fille servir des verres de jus avec application. Swalia  demanda à Yoann s'il était du coin. Il repensa alors à tous les lieux qu'il avait visité, et à tous les endroits où il avait vécu plus d'une semaine. Il ne se souvenait pas de tous, mais le seul qui existé encore était la cité d'Olinal où il avait passé même plusieurs mois dans le comas. Cependant, il ne considérait pas ce lieu comme sa maison, il y avait apprit trop de mauvaise chose pour vouloir y repenser plus longtemps. Il se referma et regarda l’hôtesse de maison.


- Je ne suis n'y d'ici, n'y d'ailleurs, je vagabonde dans tout le royaume à la recherche d'information... Et ma visite de Karthal n'était prévu que pour remplir ma besace.


Yoann prit le verre de jus offert par Jennsen, et, regardant au fond, faisait tourner son contenu en remerciant l'enfant. Il trempa ses lèvres et bu quelques gorgées du jus avant de le reposer sur la table.


- Je ne souhaite déranger la quiétude de votre maison, et vous obligez de ma présence bien longtemps, mais si vous aviez quelques informations par rapport à la Grande Guerre, j'avoue que je serais intéressé.


Yoann observait Swalia, pouvait-elle l'aider dans sa recherche de son fils ? Connaissait-elle l'assassin d'Elywenn ? Il se mit à fulminer intérieurement en repensant à cet acte de trahison, mais s'adoucit immédiatement en voyant la jeune Jennsen près de sa mère. Elle était bien jeune. En y réfléchissant, elle était assez jeune pour ne pas avoir connu la Grande Guerre, et, bien heureusement, car la mort est déjà assez horrible, pas besoin de connaître la guerre lorsque nous ne sommes qu'un enfant. Yoann releva la tête vers Swalia, et il se demanda à ce moment, si elle aussi, elle n'avait pas perdu un être cher avec cette guerre... Et si elle y avait participé, dans quel camp était-elle ? Avec les Chevaliers de Lumières ou avec les Guerriers Noirs ? Faisait-elle partie de la révolte contre Elywenn ? Yoann ne savait pas quoi penser de l'inconnue tant qu'elle ne lui avait pas apporté plus de renseignements.


_______________________________

" Tous ceux qui sont habitués au succès sont pleins d'astuces pour présenter toujours leurs défauts et leurs faiblesses comme de la force apparente : ce pourquoi ils doivent les connaître particulièrement bien. "
                                                                                                                               Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann|

Revenir en haut Aller en bas

Lorsque la vengeance frappe à la porte |Yoann|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Flashback] Quand la mort frappe à votre porte... [Clos]
» Eldoth ϟ Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout
» quand la mort frappe à la porte, le, croque, mort chante ♪♫ (morticia)
» Lorsque la foudre frappe à la porte du nid des aigles
» Si...frappe à ta porte ? (jeu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laryskanir :: Coin Rp :: La Ville de Karthal-