Dans un monde déchiré par les guerres, les laryskaniens tentent de sortir leur royaume des ténèbres qui le hante. Rejoignez-les mais dans quel camp serez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Mer 22 Juil - 19:26

Depuis plusieurs jours j’avais quittée les Plaines et j’avais décidé de diriger mes pas vers Naevyan. Lieu de ma naissance que j’avais quitté il à un peu plus de deux décennies. Depuis ce temps, j’y retournais rarement. Pas que je craigne d’y être en danger, après tout, avec cette guerre, il y a plus vraiment un endroit dans ce monde où être totalement à l’abri. Non, si j’y vais si peu, c’est parce que…en fait, je n’en sais trop rien. Lorsque je m’y rends, c’est toujours par nécessité et au aujourd’hui ne fait pas exception. Cette forêt est l’un des rares endroits où je peux récolter ce qu’il me faut pour réaliser une soupe reconstituante que je fais prendre à mes convalescents. Grâce à celle-ci, ils reprennent des forces beaucoup plus rapidement.

Sans perdre de temps, je me mis au travail. Je rempli mon sac de racines, de baies, de fleurs et de feuilles. Il ne me manquait plus que ces petits champignons jaunes qui donnent si bon goût au potage tout en lui apportant une bonne dose de vitamines. J’ai marché toute la matinée et ce ne fût qu’après m’être arrêté pour manger un peu de pain et de fromage que je réussit à trouver ses champignons si précieux.

J’en récoltai une bonne quantité que je ferai sécher un peu plus tard, quand je cru soudainement discerner un mouvement derrière les arbres. Je me relevai lentement et je mis la main sur la garde de mon épée prête à la tirer à la moindre menace. Je regardai plus attentivement et je vis que c’était une personne seule et qu’elle me tournait le dos, ce ne semblait pas être un soldat ou dû moins, si c’en était un, se n’est pas moi qu’il attendait. Reprenant mon examen, j’étouffai une exclamation de surprise en reconnaissant mon inconnu :

- Rhosgobel.

Je n’avais pas vu Rhosgobel depuis près de cinq ans. En fait, la dernière fois que je l’ai vu, c’était à peine quelques semaines avant…le drame que l’on sait. S’il me voit, il ne pourra pas faire autrement que de s’informer de mon époux et de mes enfants. Et comme à l’époque, mon ventre était bien rond, il voudra surement savoir comment c’est passé l’accouchement. Même si je considère Rhosgobel comme un excellent ami, je sais que je risque de ne pas être capable de parler de mon passé sans me mettre à pleurer et je ne veux pas qu’il me voit dans un tel état de faiblesse. Je me préparais donc à faire une retraite la plus discrète possible, quand, par un coup de malchance je marchai sur une branche sèche, qui j’en suis sûr, n’était pas là un instant plus tôt, qui en se cassant fit suffisamment de bruit pour me faire immédiatement repérer par mon ami mage.


Dernière édition par Aliénor Alba le Dim 16 Aoû - 2:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

0 - Inconnu

Messages : 347
Points : 107
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Localisation : Somewhere there's danger, somewhere there's injustice, and somewhere else the tea is getting cold.
Âge : 67

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Mer 22 Juil - 21:26

Accroupi sur les généreuses terres magique de la forêt de Naevyan, Rhosgobel, un vieux mage qui approchait des septs décennies de vie, récoltait entre les branchages des buissons et leurs feuilles aux différents verts et marrons des baies, petites boules rondes aux multiples couleurs, ingrédients principaux pour ses futures potions. Il s'était alors lancé dans une recherche fructueuse de baies, mais aussi d'écorces, de mousse,  et d'autres ingrédients plus ... Spécifiques.

Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas parcouru cette forêt. Environ cinq ans. Cinq ans, oui c'est bien cela. Il y a cinq ans, il avait pris la décision de parcourir le monde, de marcher sur de nouvelles terres, de rencontrer des hommes, non pas qu'il voulait cesser le contact avec les animaux, mais il avait besoin de changer d'air. De prendre un grand bol d'air frais. Et c'est ce qu'il avait fait : muni d'un sac à dos, de vieux grimoires de magie, et d'ingrédients magiques, il s'était aventurer au-delà des frontières de sa forêt. Quelle aventure, oh  que oui, bon sang ! Il en avait vu, des paysages différents, des terres arides, d'autres forêts, des montagnes glacées, des plaines dorées, même la grande mer : il s'était ressourcer, ce voyage lui avait fait le plus grand bien.

Et dorénavant, il était de retour ici, dans sa forêt. Sa forêt qui lui était si chère. Mais il ne comptait pas pour autant prendre racine de nouveau, comme il y a de cela des années, lorsqu'il avait décidé de s'implanter à cet endroit. Non, il comptait reprendre ses voyages, visiter encore plus, passer à des endroits, apprendre. Voyager ... Il s'y était pris tard, vu son âge déjà avancé, mais il y avait pris goût !

Enfin, l'heure n'était pas encore aux voyages, il se devait de refaire ses stocks de plantes. Il avait retrouvé sa maison dans un de ses états ! La nature s'y était installée, mais dans une ampleur bien plus importante qu'il y a cinq ans. Partout, des plantes grimpantes et des fleurs avaient poussé, des petits arbres avaient fini par craqueler le sol après leur éclosion, sa cheminée était remplie de terre et d'herbe. Et que dire de l'arbre central, celui autour duquel il s'était installé qui avait encore poussé, et qui avait abîmé les murs de sa maison. Mais ce n'était que du mineur, du matériel : déjà ses anciens compagnons de la forêt l'aidaient pour l'entretien de sa maison : des oiseaux avaient rapporté des branchages pour combler les fissures et les trous, des sangliers et des ours avaient transporté de lourdes charges pour les réparations, et ainsi de suite. Une vraie petite famille !

Alors qu'il ramassait des feuilles et des baies, il entendit une branche craquée dans son dos. Il avait déjà été attaqué par des petites fripouilles pendant son voyage, mais ce n'étaitr que des passages mineures, et il s'en était toujours bien sorti ! Il était paré : sa magie n'était plus seulement défensives et de soins : il arrivait dorénavant à invoquer quelques sorts offensifs ! Armé de son bâton, il se retourna tel un vif éclair pour faire face à son adversaire. Mais quelle ne fut pas sa stupéfaction lorsqu'il trouva en face de lui Aliénor. Aliénor Alba. La fille d'une de ses amies du passé, qu'il avait rencontré il y a de cela cinq ans, juste avant son départ.


-Aliénor ! Ma foi, ça fait longtemps que nous ne nous sommes pas vu ! Comment va ?

Elle ne semblait pas avoir vieillie : elle semblait toujours aussi jeune. De même, elle sembla surprise lorsqu'elle découvrit qui il était. Une épée à la main, elle semblait parer à attaquer celui qui se trouvait en face : mais rapidement elle ravisa son attaque et rangea sa lame dans son fourreau.

-Mon dieu, mais que fais-tu donc là ? Viens, suis moi, je t'invite chez moi !

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Dim 26 Juil - 3:10

Une fois en face du vieux mage, je me rendis compte que j'avais mon épée à la main. Je rangeai mon arme et salua ce cher ami. Il sembla surpris de me voir ce que confirma son exclamation :

- Mon dieu, mais que fais-tu donc là? Viens, suis moi, je t'invite chez moi!

Je souris en l'entendant. C'est vrai que je ne venais pas très souvent, mais je ne me privais pas pour évité la famille de ma mère. Après tout, je pouvais très bien les rencontrer ailleurs sur le contient. J'acceptai son invitation avec plaisir et lui expliqua que j’étais venue dans le but de récolter les ingrédients nécessaire à la réalisation de ma soupe pour convalescents.

Tout en suivant Rhosgobel dans le dédale de végétation, je ne pouvais pas me défaire d'une certaine inquiétude. J'essayais de me préparer à un interrogatoire qui me semblais difficilement évitable. Je ne veux pas faire de dissimulation avec lui, je l'estime beaucoup trop, mais même si de nombreuses années se sont écoulés, l'assassinat de mes enfants et de Ivan et encore trop douloureux pour que j'en parle sans émotions. Même avec mes parents et mes frères, j'en parle le moins possible. Ma mère m'a souvent surprise les yeux rempli de larmes, elle essaie à chaque fois de me convaincre de parler de ma douleur, que se soit à elle ou à n'importe qui, mais je n'en n'ai jamais été capable. Peut-être qu'elle à raison après tout, que ça me ferais du bien de parler de l'horreur que j'ai vécue, mais le courage me manque.

Peu de temps après c'être mit en marche, nous sommes arrivé à la demeure de Rhosgobel. Une jolie maison en harmonie avec la nature environnante. Un petit chez soi, ce que je n'avais plus. Bon, mon ancienne maison n'a pas été détruite, mon père et mes frères continu de l'entretenir pour moi, le terrain m’appartiens toujours, mais si je dois m'établir à nouveau, se ne serai pas l'à, je ne pourrai pas y vivre de nouveau sans revivre à tout les jours l'horreur qui s'y est produit. Peut-être que je pourrai avoir une maison semblable à celle-ci, une maison qui ce fonderait si bien dans la nature qu'elle ne pourrait pas être visible des ennemis. Peut-être que se serai envisageable, c'est à voir.

Une fois installé à l’intérieur, je souris en regardant mon ami et je lui demandai ce qu'il avait fait durant les cinq dernières années. Je pensais ainsi faire d'une pierre deux coups. Je m’intéressais vraiment à lui et par la même occasion je retardais un sujet qui me serai très douloureux.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

0 - Inconnu

Messages : 347
Points : 107
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Localisation : Somewhere there's danger, somewhere there's injustice, and somewhere else the tea is getting cold.
Âge : 67

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Dim 26 Juil - 23:31

Rhosgobel menait entre les arbres et les buissons noueux Aliénor Alba, une de ses amies, vers sa demeure. Perdue au milieu de la forêt de Naevyan se trouvait une petite maison, dissimulée, cachée aux yeux de tous, mais que quiconque qui se trouve dans le besoin peut trouver. Ils n'étaient plus très loin par ailleurs, le mage blanc reconnaissait les murs de lierre autrefois si familier qui avaient dorénavant fort bien poussés et qui lui bloquaient le passage.

L'homme des bois dégagea à l'aide de sa canne de marche magique les feuillages épais qui poussaient sur sa porte d'entrée toujours aussi branlante et en piteux état. Même bien pire que les années précédentes : il faut dire que personne ne s'était occupé de sa maison pendant son absence : certains animaux y avaient élus domicile, d'autres en ont fait du gardiennage, mais quand on parle de ménage et de nettoyage, personne n'a levé l'aile ou la cuisse. Enfin, pendant sa grande épopée, Rhosgobel a visité de nombreuses auberges, et certaines étaient plutôt infameuse. De la saleté, mais pas seulement : certaines auberges étaient de véritables ruines. Comparées à sa maison, il pouvait être bien heureux d'être ici.

Une fois à l'intérieur de la maison, Rhosgobel dégagea quelques vieilles affaires de ses chaises, des vieux bouquins de magie, quelques verreries, histoire de faire un peu de place pour son invitée. Après avoir enlevée des piles d'objets insolites, il proposa à Aliénor de s'asseoir sur la petite chaise branlante qui lui faisait face. Malgré ce rangement de dernière minute, il restait un bazar pas possible dans la pièce de vie. Partout, la poussière recouvrait chaque surface, que ce soit du cuir, du papier ou bien du bois. Tout en allant préparer deux tisanes aux myrtilles et aux extraits de fougères, Aliénor demanda au vieux mage ce qu'il avait entreprit ces dernières années.


-Eh bien, fit-il en lui servant une tasse, après notre rencontre, j'ai pris une grande décision : je suis parti en voyage, j'ai parcouru les terres de ce monde ! Comme cet endroit est petit et ce monde grandiose !

Entre deux gorgées de tisane, Rhosgobel lui expliqua ses différentes rencontres, celles qui l'ont marqué, certains lieux qu'il a particulièrement apprécié pendant sa quête d'expérience nouvelle. C'est qu'il avait rencontré bon nombre de personnes : des soldats, des paysans, mais aussi quelques princes et princesses. Il avait aussi observer un monde qui se déchirait sous le poids des ordres, des terres dévastées par les guerres et les conflits. Il raconta aussi comment il avait sauvé un jeune enfant blessé par des guerriers noirs, en faisant fuir grâce à quelques illusions de magie les assaillants... "Que d'aventures pour un vieil homme comme moi !" finit-il par conclure.

Mais vite, Rhosgobel remarqua que la conversation ne tournait qu'autour de lui. Aliénor ne dévoilait pas grand chose d'elle-même, et le mage n'aimait pas forcément être le centre d'attention : il aimait écouter les autres et portait une oreille attentive à ceux qui le désirait.

-Mais et toi donc, ma chère Aliénor ! Comment va ta famille depuis le temps ? Et comment vont les choses d'ailleurs ?

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Dim 2 Aoû - 2:22

Après cinq ans sans nouvelles de mon ami, je n’aurai pas cru possible de le revoir, mais j’étais vraiment très heureuse de m’être trompée. M’invitant chez lui, il me fit assoir sur un banc un peu bancal et m’offrit une délicieuse tisane. Avec attention, je l’écoutais me raconter ses aventures des dernières années. Lorsque la question tant redouté fut posé :

- Mais et toi donc, ma chère Aliénor ! Comment va ta famille depuis le temps ? Et comment vont les choses d’ailleurs ?

Involontairement, mes mains se crispèrent sur la tasse et je déglutie avec difficulté. J’aurai préférer l’écouté parler encore un moment, même si je suis parfaitement consciente que je ne pourrai pas toujours éviter de raconté ce qui c’est passé.

- Ma famille…enfin…ils…sont tous morts…

Et là se fut le déluge. Je pleurai comme jamais je me le suis permis en 5 ans. J’ai eu une période amorphe où je restais là, le regard dans le vide, refusant d’admettre la réalité, une période de révolte où j’en voulais en mes parents et mes frères de m’avoir sauvé, puis je me suis abrutis dans le travail essayant d’oublié ce qui c’est passé, sans jamais réussir.

Ma mère dit que tant que je ne pleurerai pas pour vrai; pas seulement des larmes qui me mouillent les yeux sans jamais vouloir couler, mon deuil ne se réalisera jamais. Elle serait sans doute soulager de me voir en ce moment.

Je devais donner un spectacle bien pitoyable. J’avais confiance en Rhosgobel, je savais bien qu’il ne me méprisera pas de me voir ainsi en larmes, mais j’aurai quand même préférer qu’il ne me voit pas dans cet état. Pourquoi n’ai-je pas put avoir cette crise de larme le nuit dans mon lit, quand personne ne pourrai me voir ? Maintenant des précisions s’imposaient. Je tâchais de me calmer un peu et même si me larmes ne c’étaient pas tarit, je pu expliquer de façon intelligible se qui c’était passé :

- Il y a cinq ans, Ivan, moi et les enfants étions à notre maison. Ivan s’occupait des animaux et moi je jouais avec la petite Rosalya et Jacob. Quand brusquement, des Gardiens des Origines foncèrent droit sur nous, ils transpercèrent les enfants et moi-même de leurs épées, Ivan reçu une flèche en plein cœur. J’ai survécue par miracle, mais pas l’enfant que je portais.

À ce moment, mes larmes redoublèrent, car en racontant cette histoire pour la première fois, je pris conscience d’une chose, je me sentais coupable. J’aurai dû protéger mes enfants. Avec mon pouvoir de maitrise de la nature j’aurai pu lever des rochers devant mes enfants pour les protéger, désarçonné les cavaliers grâce à des lianes, n’importe quoi pour les ralentir et ainsi, Ivan et moi aurions pu les protéger. À ce stade, je ne pensais plus que l’attaque avait été d’une rapidité à confondre les meilleurs soldats, que personne n’aurai eu le temps de réagir que se n’était pas de ma faute. Je pensais juste que j’ai failli à mon devoir de mère et d’épouse, je n’ai pas su protéger les miens. À travers mes larmes, je ne pu que hoqueter :

- J’ai été incapable de protéger ma famille. Pourquoi je ne suis pas morte avec eux ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

0 - Inconnu

Messages : 347
Points : 107
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Localisation : Somewhere there's danger, somewhere there's injustice, and somewhere else the tea is getting cold.
Âge : 67

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Dim 2 Aoû - 12:29

Rhosgobel, tout en buvant de sa tisane, attendait avec toute sa patience la réponde de la jeune Aliénor. Mais le comportement de cette dernière avait brutalement changé entre le moment avant la question, et celui-ci. Auparavant elle semblait heureuse, et maintenant, elle était dévastée, des torrents de larmes coulaient de ses yeux, alors qu'elle annonçait avec stupeur que toute sa famille était morte. Ses mains tremblaient, non, tout son corps n'était que tremblements et spasmes.

Rhosgobel ne savait pas quoi faire. Il ne savait pas comment faire pour gérer des situations telles. Il ne pouvait pas guérir le cœur des gens, la panacée ultime pour la tristesse n'existe pas. Il ne pouvait qu'offrir une oreille attentive à ceux qui en ont besoin. Et pour le moment, c'était Aliénor qui en avait le plus besoin. La regardant avec compassion, il patientait pour entendre la suite de l'histoire de la jeune femme. Le récit qu'elle racontait à Rhosgobel était terrible, elle avait du passer d'horribles années. Elle avait perdu ses enfants et son mari juste devant ses yeux, et elle avait été la seule à survivre. Ce qui est sûrement le rôle le plus compliqué dans ces affaires : celui du survivant.

Après qu'elle ait raconté son histoire, de nombreuses gouttes d'eau perlèrent de ces yeux, on se serait cru aux grandes périodes pluvieuses de ce monde. Les gardiens des origines ... Il en avait rencontré pendant son voyage, certains lui avaient bien paru antipathique, mais il avait de la sympathie pour d'autres. Mais qu'est ce qui les a poussé à attaquer Aliénor et sa famille ? C'était une question à laquelle il n'avait pour l'instant pas de réponse. Et peut-être n'en aurait-il jamais, sauf s'il posait les bonnes questions...

Elle culpabilisait. Ça se voyait, et Rhosgobel ne voulait pas qu'elle entre dans ce tourbillon infernal, ce tourbillon dont on ne pouvait sortir sans séquelles. La culpabilité était peut-être la pire des choses : pourquoi je n'ai pas fait ça ? Pourquoi je n'ai pu les protéger ? Pourquoi je ne suis pas mort et eux ne sont pas vivant ?


-Aliénor, ma chère ... Je suis désolé de ce que je viens d'apprendre. Cela à du être terrible à voir, et à vivre. Mais cependant, ce qui est arrivé n'est pas de ta faute. Et ça ne le sera jamais. Tu ne dois rien te reprocher. La mort de ses enfants est horrible, mais tu dois vivre avec ce fardeau, aussi lourd qu'il soit. Mais je serai là pour t'aider à le porter si tu le souhaites.

Rhosgobel se resservit de la tisane et en versa un petit peu dans un bol. Il plaça ce dernier sur le rebord de sa fenêtre, et bien vite, des oiseaux, petits moineaux, vinrent se rassasier. Ce spectacle l'égaya un peu, le sortant de l'ambiance froide et emplie de tristesse qui s'était installé dans sa maison, malgré elle. Il ne pouvait pas en vouloir à son amie, Aliénor. Mais pourquoi cet ordre l'avait attaqué ? Le monde est remplie de coïncidences et d'accidents. Mais il se devait de lui poser cette question :

-Aliénor, j'ai néanmoins une question. Les gardiens des origines sont connus pour tuer les hybrides, personnes qui ne répondent pas à leur critère. Peut-être, et je le dis sans le savoir, ton mari était un hybride ? Sinon, je ne vois pas pourquoi ils vous auraient attaqué ...

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Jeu 6 Aoû - 3:11

Des larmes, encore des larmes. J'avais l’impression que je ne pourrais jamais m'arrêter. Pourquoi, pourquoi un tel malheur est arrivé? Il ne se passe pas une journée sans que je me pose la question et pas une nuit sans que je me réveille en un sursaut de terreur parce que j'ai revécue cette funeste journée, mais des larmes, je n'en est jamais versées. J'en étais incapable. Ma mère m'a répété de nombreuses fois que se n'était pas  normal, que ça me ferait dû bien, mais c'était plus fort que moi. Je me disais que je devais être forte, que c'est ce qu'Ivan aurait voulut, que je n'étais pas la seule à avoir vécue un tel malheur, que d'autre personne pouvaient avoir besoin de mon aide, je me disais tout ça sans me rendre compte que ce souvenir me grugeait de plus en plus. Cinq ans et mon deuil n'est toujours pas fait.

-Aliénor, ma chère ... Je suis désolé de ce que je viens d'apprendre. Cela à du être terrible à voir, et à vivre. Mais cependant, ce qui est arrivé n'est pas de ta faute. Et ça ne le sera jamais. Tu ne dois rien te reprocher. La mort de ses enfants est horrible, mais tu dois vivre avec ce fardeau, aussi lourd qu'il soit. Mais je serai là pour t'aider à le porter si tu le souhaites.

J'essayais de me calmer. J'étais vraiment désolé de faire subir ça à mon ami. Je tirai un mouchoir de ma manche et après de m'être essuyé le visage et de m'être mouché, je commençai à prendre de grandes respirations et tranquillement mes pleures s'arrêtèrent. Rhosgobel me disait que ce n'était pas ma faute ce qui est arrivé. Ma tête me dis de l'écouter, que ce qu'il dit est pur sagesse, mais mon cœur me dis que j'aurai pu faire quelque chose, essayer au moins, mais le passé est le passé. Je ne peux plus rien y changer. Tout ce que j'espère maintenant, c'est que je finirai pas accepter la situation actuelle et aider les autres afin qu'ils n'aient pas à vivent la même chose que je vis en ce moment.

- Merci pour votre soutien et je suis vraiment désolé de vous avoir imposé tout ça.

Je pris une petite pause et j'ajoutai :

- Je sais que vous avez raison en disant que ce n'est pas ma faute ce qui est arrivé, mais ce ne sera pas facile à accepter. Il risque d'avoir toujours au fond de moi un petit quelque chose qui va me dire «tu aurais dû», mais je vous promet de travailler fort pour le faire taire.

Maintenant, j'avais retrouver un semblant de dignité. J'avais sans doute les yeux rouges et encore un peu humide, mais ça il n'y paraîtra plus très bientôt. Je tournai mon regard vers le fenêtre et je vis des petits oiseaux venir boire à un petit bol que Rhosgobel avait dû mettre là pendant que je versais toutes les larmes de mon corps. Je souris intérieurement en me disant que Rhosgobel, était vraiment l'ami des petits êtres de la forêt. Ma réflexion fut interrompu par  mon ami qui me demanda :

- Aliénor, j'ai néanmoins une question. Les gardiens des origines sont connus pour tuer les hybrides, personnes qui ne répondent pas à leur critère. Peut-être, et je le dis sans le savoir, ton mari était un hybride ? Sinon, je ne vois pas pourquoi ils vous auraient attaqué ...

Question un peu embêtante. J'ai toujours fais très attention pour ne pas révéler notre nature hybride, par sécurité, pas par honte. Est-ce que j'ai été assez prudente ? Rhosgobel ne semblais pas savoir que j'étais moi même hybride. Allait-il me mépriser en apprenant mes origines? Non, c'est pas son genre, mais c'est tout de même avec une légère appréhension que je lui répondis :


- Mon mari était hybride en effet, tout comme moi. Lui était paladin et elfe et moi mage et humain. J'ai toujours eu l'impression que j'ai été assez prudente et je ne sais pas comment ils ont fait pour nous repérer et je le saurai probablement jamais avec certitude, mais maintenant ça n'a plus tellement d'importance, ça ne me les ramènera pas.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

0 - Inconnu

Messages : 347
Points : 107
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Localisation : Somewhere there's danger, somewhere there's injustice, and somewhere else the tea is getting cold.
Âge : 67

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Jeu 20 Aoû - 20:42

Aliénor, une fois son sanglot passé, révéla à Rhosgobel qui elle était. C'était une hybride, mi-mage, mi-humaine. Tout comme fut son mari, un paladin elfique. Elle lui fit par de ses craintes inassouvies, de ses peurs les plus profondes, mais incertaines. Mais comme elle le disait, rien ne pourrait plus les ramener dorénavant. Ce qui avait été perpétré est maintenant conclu. On ne peut remonter le temps. Sauf parfois certains mages qui font des recherches exceptionnelles arrivent à remonter de quelques secondes, parfois quelques minutes, ou en tout cas, c'est ce que l'on disait.

Toujours en buvant de sa tisane, Rhosgobel regardait avec une peine certaine celle qu'il avait invitée chez lui. Ce devait être dur de porter ce fardeau en ces temps de guerre, surtout que les hybrides étaient chassés par les gardiens des origines, pour qui seul ceux de pure race était existant dans ce monde. Un ordre que Rhosgobel trouvait stupide et sans intérêt, tout comme les sentinelles du Chaos. Ces deux ordres n'ont été fait que pour se combattre et s'entretuer. Il ne pouvait pas y avoir de paix tant que de telles pensées sur les hybrides se propageaient telle une peste noire à travers les terres de Laryskanir.


-Ma pauvre Aliénor, tu as du souffrir pendant ces années. Hélas, comme tu le dis, nous ne pouvons y remédier.

Mais le magicien ne pouvait s'arrêter de penser à sa situation : était-elle saine et sauve ? Etait-elle en sécurité, seule, dans la nature ? Rhosgobel pouvait lui offrir un toit pour le temps qu'elle souhaitait, la garder pour qu'elle ne soit pas menacé. Même si ça le mettait en danger, peu importait concrètement pour Rhosgobel : ça lui ferait de la compagnie, et puis, il avait vécu avec le danger pendant plusieurs décennies dans cette forêt, pourquoi pas quelques années de plus ?

-Aliénor, je ne sais pas si tu te sens en confiance ici, ni si tu te sens en sécurité sur ces terres. Mais je te propose de rester ici si tu en as besoin, ou de revenir dès que tu te sens en insécurité. Je serai toujours là pour aider celles et ceux qui en auront besoin : et tu sembles être la personne qui en a actuellement le plus besoin.

Tout en accompagnant ses paroles, il offrit un peu de graines de plantes de toutes sortes à Aliénor, graines se trouvant dans un vieux bol fendu, et où les mouches faisaient des va-et-vient incessants. L'ambiance devenait étrange dans cette maison : tout semblait plus triste et morne, tout était plus lourd. Rhosgobel espérait qu'elle reste quelque temps, ainsi, elle serait plus en sécurité ici, et puis, il aurait un peu de compagnie ...

Spoiler:
 

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Sam 22 Aoû - 15:02

J'avais confiance en Rhosgobel, c'est pour ça que j'ai accepté de lui avouer mais origines hybrides. Je savais que se ne serait pas lui qui irai me vendre au Gardiens des Origines, mais j'étais toujours un peu mal alaise de m'être autant épanché sur mes sentiments. Ça ne devait pas être quelques chose auquel il était habitué.

- Ma pauvre Aliénor, tu as du souffrir pendant ces années. Hélas, comme tu le dis, nous ne pouvons y remédier.


- Oui, c'est vrai, mais ce n'est pas toujours facile à accepter.

Comme ma famille me manquait, comme j'aimerai l'avoir auprès de moi en se moment ou encore être dans la tombe avec eux.. Non, il ne faut surtout pas que je pense comme ça, sinon je vais me remettre à pleurer. Pendant un court instant, chacun de nous fut perdu dans ses penser, puis mon ami me dit :

- Aliénor, je ne sais pas si tu te sens en confiance ici, ni si tu te sens en sécurité sur ces terres. Mais je te propose de rester ici si tu en as besoin, ou de revenir dès que tu te sens en insécurité. Je serai toujours là pour aider celles et ceux qui en auront besoin : et tu sembles être la personne qui en a actuellement le plus besoin.


Tout en acceptant les graines que le vieux mage m'offrais, je réfléchissais à sa proposition. Rester avec Rhosgobel est-ce que se serait une bonne idée? Ne risquerai-je pas de le mettre en danger par ma seule présence? D'un autre coté, les gardiens des origines croit m'avoir éliminé, il y a peu de chance qu'ils apprennent que j'ai survécus. Je pourrai rester ici quelque jours et après repartir soigner mes patients. Après tout, c'est mon travail qui m'a permis de rester forte et de garder la tête sur les épaules malgré se que j'ai vécue.

- C'est très aimable à vous de m'offrir votre hospitalité et si vous êtes certain que ma présence de vous ennui pas, je veux bien rester quelques jours. Mais je tiens à continuer mes voyages pour soigner les malades et les blessés, c'est devenue ma raison de rester en vie si j'ose dire.

Je ne voulais pas lui imposer ma présence trop longtemps, je me rendais bien compte que j'apportais une bonne dose de morosité dans sa maison, mais j'avais  peur de l'offenser en refusant de rester un peu, il était si gentil avec moi, je ne voulais pas lui faire de peine et qui sait, peut-être que se sera le début de ma «guérison» comme le dirai ma mère.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

0 - Inconnu

Messages : 347
Points : 107
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20
Localisation : Somewhere there's danger, somewhere there's injustice, and somewhere else the tea is getting cold.
Âge : 67

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Ven 30 Oct - 22:14

Dans sa grande bonté, Rhosgobel, le mage blanc de Naevyan qui vivait au contact de la nature sauvage et puissante, avait proposé à son interlocutrice, hybride, et qui vivait de fait de ses origines dans des périodes de troubles et de doute, de rester avec lui, ici, dans sa forêt, à l'abri du monde extérieur. Cette dernière accepta de rester quelques jours en sa compagnie, avant de reprendre ses voyages et son but premier : soigner.

Quel noble but qu'est celui de soigner les malades et les blessés. Rhosgobel aussi était un soigneur, et l'est toujours par ailleurs, mais son âge bien avancé ne lui permettait plus de se déplacer comme bon lui semblait à travers les campagnes et les forêts, les montagnes et les plaines. Son dos commençait vraiment à le faire souffrir. Et malgré les soins et les potions qu'il s'administrait lui-même, impossible de guérir le vieux tronc d'arbre  tordu qu'était son corps. Ou plutôt sa colonne vertébrale.

Rhosgobel finissa de boire sa tisane, puis invita Aliénor à le suivre. Sa maison était creusé dans un tronc énorme, composée de quatre pièces : son salon, pièce à vivre où se trouvait une cheminée en pierre, pour que celle-ci ne prenne pas feu, une sorte de salle atelier où se trouvait le plus grand bazar possible et inimaginable c'est à dire son matériel d'alchimie et de magie, ainsi que la majorité de ses livres et ses grimoires, sa chambre, où il dormait, et une autre pièce, un peu inutile, où il n'y avait relativement pas grand chose. Un vieux lit cassé, son ancien, où parfois il mettait les personnes ou les animaux blessés venus ici pour se faire soigner. Une chambre de repos en soi.


-Bon c'est assez sommaire, mais c'est la seule pièce que je peux te proposer pour ton séjour, remarqua Rhosgobel avant de continuer. Je te laisse t'installer ici, j'espère que tout sera assez confortable pour toi. Un voie de chaleur arrive par ici, fit-il en désignant un trou qui conduisait à la cheminée et j'ai d'autres couvertures si tu en as besoin ! N'hésites pas à me demander, je serai juste à côté ...

Rhosgobel la laissa donc là, partant pour lui laisser le temps de s'installer et de prendre ses aises. Il ne savait pas si elle se sentirait bien ici, mais il pensait que ce serait toujours mieux que d'être dehors dans le froid ou même dans une de ces tavernes miteuses qui remplissaient ce monde ... Il ne la connaissait pas plus que ça, mais il ne voulait pas la laisser affronter le monde seule. Il se sentait proche d'elle même s'il s'était rencontré seulement qu'une fois ou deux, la première sur les rives d'un lac ...

Il la considérait un peu comme sa fille. Ou bien comme une cousine, ou une nièce, enfin comme quelqu'un de sa famille. Et il se sentait tellement affecté par son histoire. Il espérait que son chagrin pourrait s'atténuer avec le temps. Même si après un tel choc, cela semblait impossible ... Néanmoins, Rhosgobel tacherait de faire tout son possible pour assouplir le quotidien d'Aliénor le mieux qu'il le pouvait.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas


avatar

I - Novice

Messages : 324
Points : 212
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 28
Âge : 30 ans

MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ? Jeu 12 Nov - 14:29

C'était vraiment très aimable à Rhosgobel de m'inviter à passer quelques jours chez lui. Après tout, nous ne nous connaissions pas tant que ça. Nous nous sommes croisé une fois, il y a quelques années sur le bord du Lac de Ranriel. Je sais que c'est un grand ami de ma mère et que cette dernière l'estime beaucoup, je sais donc que je peux lui faire confiance. Mais malgré tout, je ne souhaite pas rester trop longtemps. Pour moi, car je crois que la pire chose qui pourrai m'arriver, c'est de rester inactive et pour lui, car si les gardiens des origines devaient apprendre qu'il m'a donner refuge, je n'ose pas penser se qu'ils pourraient lui faire subir.

Il me guida vers une pièce toute simple. Il y avait un lit cassé, mais qui semblait tout de même confortable.

-Bon c'est assez sommaire, mais c'est la seule pièce que je peux te proposer pour ton séjour, remarqua Rhosgobel avant de continuer. Je te laisse t'installer ici, j'espère que tout sera assez confortable pour toi. Un voie de chaleur arrive par ici, fit-il en désignant un trou qui conduisait à la cheminée et j'ai d'autres couvertures si tu en as besoin ! N'hésites pas à me demander, je serai juste à côté …


J'étais habitué de dormir à la dur. J'ai toujours aimé dormir à la belle étoile, malgré le risque que cela peut comporter mais, en relativisant, ce ne serait pas nécessairement plus sécuritaire dormir à l'auberge et les tavernes...Enfin, je lui répondis :

- Se sera parfait, merci beaucoup.

Rhosgobel me laissa seule le temps de m'installer. Je n'avais pas grand chose avec moi. Je voyageais toujours léger et je n'avais pas vraiment d'intérêts à défaire mes menus bagages. Je n'allais pas rester si longtemps que ça. Peut-être une nuit ou deux, pas plus. Je posa mon sac sur le sol, mon épée contre le mur et m'allongea, les poings sur la tête, histoire de réfléchir un peu. Je me demandais se qui m'avais pousser à me confier de la sorte. Se n'était pas la première fois que l'on me posait des questions sur ma famille, mais c'est la première fois que je craque comme ça. J'ai beau me creuser la tête, je n'arrive toujours pas à comprendre. Peut-être que c'était un coup du destin? Dur à dire.  Ne trouvant pas vraiment de réponse à mes questionnements, je me retourna dans le lit, de façon à avoir la porte face à moi et je m'assoupit un moment.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ?

Revenir en haut Aller en bas

C'est long cinq ans, alors...quoi de neuf ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quoi de neuf aujourd'hui ?...
» Quoi de neuf docteur ?
» On est frères et alors quoi, ça change quelque chose ?
» « Alors quoi, je te manquais ? [Pv Ethan]
» Le mouton à 4 pattes mange les pastèque mais les moutons à cinq pattes alors?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laryskanir :: Coin Rp :: La Forêt de Naevyan-